Abonnez-vous pour 1€

«2020, une année faste pour le groupe immobilier Unibricks, malgré et grâce au coronavirus»

Thomas Lecluse
Thomas Lecluse

Le chiffre d’affaires issu de la promotion a triplé, tandis que celui des activités de loisirs a diminué d’un tiers. « Les résultats positifs sont liés à la nouvelle stratégie du groupe, qui consiste à arriver à une meilleure répartition entre propriétés résidentielles et hôtelières dans le portefeuille. Notre décision, en plein confinement, de promouvoir plus que jamais les vacances dans le pays au lieu de simplement fermer porte également ses fruits », souligne le CEO Thomas Lecluse.

Unibricks est actif dans la promotion et l’exploitation de projets immobiliers d’investissement, tels que des hôtels, des parcs de vacances, des logements sociaux et des structures pour étudiants. L’année dernière, son chiffre d’affaires a atteint 19,94 millions d’euros, soit 47 % de plus qu’en 2019, millésime clôturé sur un chiffre d’affaires de 13,56 millions d’euros.

En 2020, le groupe a exploité 303 « unités », soit 63 % de plus qu’un an plus tôt. Une unité peut être une chambre d’hôtel, mais aussi un appartement pour seniors ou un chalet dans les Ardennes. Cette croissance est révélatrice de l’expansion que connaît Unibricks.

Que 2020 ait été une année faste malgré la crise du coronavirus ne surprend guère Thomas Lecluse : « La pandémie a donné aux gens plus de temps pour réfléchir à ce qu’ils veulent faire de leur patrimoine. Dans le même temps, cette très longue période présentait peu de perspectives et d’opportunités, de telle sorte que les personnes les mieux rémunérées ont dépensé moins. Au final, cette combinaison s’est traduite par un regain d’investissements. En raison du coronavirus, la demande de résidences secondaires se maintiendra à court terme. Mais je pense qu’à long terme, il n’y aura aucun effet sur notre activité. »

La croissance ne se reflète pas seulement dans les chiffres. En tant qu’employeur, Unibricks s’est également réinventé en 2020. Une succursale wallonne a ainsi vu le jour, ce qui constituait un risque en pleine crise. L’appui de l’équipe s’est également avéré crucial pour le succès du groupe : « Notre équipe a fait preuve d’une immense résilience et d’une grande flexibilité. Nous travaillons avec une équipe jeune et dynamique, qui a vu dans cette crise un défi positif à relever », se réjouit Thomas Lecluse.

En 2020, Unibricks a fait le choix stratégique de se concentrer davantage sur l’immobilier résidentiel, à la fois social, senior et étudiant. Historiquement, le groupe est spécialisé dans le segment des loisirs avec des parcs de vacances et des hôtels, ce qui est encore perceptible aujourd’hui au vu des projets en cours de réalisation : 76 % concernent des parcs de vacances ou des hôtels. Mais le groupe souhaite diversifier davantage son portefeuille. « Nous voulons être le partenaire de chaque Belge qui éprouve un besoin immobilier. Au fond, nous ne vendonspas des produits : nous résolvons les problèmes de nosclients sur mesure et en fonction de leurs besoins », explique M. Lecluse.

Davantage de projets dans l’immobilier résidentiel

La croissance en 2020 s’explique principalement par un grand bond en avant de la promotion immobilière. Le chiffre d’affaires de ce segment a triplé, passant de 5,23 millions d’euros à 14,59 millions d’euros.

« Notre capitale est en plein développement, la revalorisation de la zone du canal en est le meilleur exemple. En ce sens, nous y développons des projets immobiliers résidentiels, tels que des appartements destinés au marché locatif social et des chambres d’étudiants modernes. Logique : Bruxelles est peut-être la plus grande ville étudiante du pays, mais il y manque encore plus de 9 000 kots », explique Thomas Lecluse.

Unest Erasmus, situé au cœur de Bruxelles, est un nouveau bâtiment contemporain destiné aux étudiants, qui compte 119 chambres. Il devrait être prêt pour l’année académique 2023-2024. Waterfront 35 est un complexe de 43 appartements destinés au marché locatif social. Une agence de location sociale bruxelloise loue les appartements que des investisseurs privés achètent pour les mettre en location.

Différents projets hôteliers ont également été lancés en 2020. Un hôtel Radisson de 100 chambres ouvrira à Liège à la fin de cette année. À Paris, un hôtel Holiday Inn Express ouvrira ses portes près de Disneyland Paris, à la fin de l’année 2022.

Malgré le coronavirus, le segment des loisirs résiste relativement bien

L’impact du COVID sur l’hôtellerie reste, somme toute, limité à 35 %. Le chiffre d’affaires a diminué, passant de 8,29 millions d’euros en 2019 à 5,35 millions d’euros en 2020.

Depuis l’été dernier, Unibricks joue la carte des « vacances dans le pays » et surfe sur l’intérêt croissant pour les résidences secondaires, notamment dans les Ardennes. La première phase du projet « Village Les Bois d’Ourthe », qui comprend 26 chalets modernes au cœur de la forêt ardennaise, a été vendue en quelques mois. Le Mercurehotel quatre étoiles de Han-sur-Lesse a, quant à lui, ouvert ses portes le 28 octobre, juste avant le deuxième confinement. Il compte 117 chambres et un restaurant gastronomique où excelle le chef étoilé Benoit Dewitte.

« La crise du coronavirus nous a placés, comme tous les acteurs du secteur immobilier, devant d’énormes défis. Nous avons choisi d’être aussi créatifs que possible et avons résolument opté pour les repas en chambre, avec un vif succès à la clé. La présence de notre chef à l’hôtel de Han-sur-Lesse a permis de vivre une expérience exceptionnelle », déclare Thomas Lecluse.

Bonnes perspectives pour 2021

Pour l’instant, tout semble indiquer qu’Unibricks peut une fois encore s’attendre à de belles performances en 2021. Cela se traduit, entre autres, par une nouvelle croissance de plus de 30 % du nombre d’unités dont Unibricks a la pleine exploitation, soit plus du double par rapport à fin 2019. D’ici à la fin de l’année, le groupe exploitera 402 unités.

« Le premier semestre est excellent et le second s’annonce également très bien. Après l’été, nous examinerons comment nous pouvons proposer l’expérience des repas en chambre à d’autres hôtels. Nous allons également lancer la phase suivante du deuxième parc de vacances à succès Village Les Bois d’Ourthe dans les Ardennes, avec 37 autres chalets. Grâce à de nouveaux investissements et à l’achèvement de nos projets, nous continuerons à nous positionner sur le segment des logements pour étudiants et pour personnes âgées afin d’arriver à un meilleur équilibre avec la partie loisirs », conclut le CEO Thomas Lecluse.

Notre sélection vidéo