Meurtre, vengeance et quête existentielle : «Jugée coupable» renoue avec la tradition des sagas de l’été

Meurtre, vengeance et quête existentielle : «Jugée coupable» renoue avec la tradition des sagas de l’été
RTBF/FTV

Après les déprogrammations de « Mongeville » et « Commissaire Magellan », France 3 se devait de diffuser une nouvelle série policière. Et de renouveler le genre ! En coproduction avec la RTBF, la chaîne propose dès lors « Jugée coupable », un polar en six épisodes de 52 minutes « qui renoue avec la tradition des feuilletons de l’été », prévient Anne Holmes, directrice de la fiction de France Télévisions, dans une interview accordée à nos confrères de lalibre.be. « Nous travaillons sur quelque chose que n’ont pas les plateformes, la notion de rendez-vous, et aussi sur la diversité des propositions, pour continuer à surprendre les téléspectateurs. »

A découvrir en primeur ce dimanche 25 juillet sur la Une, l’histoire de « Jugée coupable » est celle de Lola, une jeune adulte de 22 ans qui se présente dans un hôtel pour un entretien avec l’espoir de se faire embaucher comme assistante manager. Sauf qu’aucune rencontre n’est à l’ordre du jour. L’aspirante travailleuse est même accueillie plutôt froidement par la propriétaire des lieux. Plus tard, Lola reçoit un message l’invitant à lire le journal local du jour, lequel lui apprend qu’un horrible crime a eu lieu précisément vingt-deux ans auparavant et, surtout, que la victime a une étonnante ressemblance physique avec elle. Normal : il s’agit de sa véritable mère ! Une femme dont la rumeur court qu’elle a en réalité bien cherché ce qui est arrivé…

C’est le début d’une affaire rocambolesque qui pousse l’héroïne à plonger dans un passé dont elle ignorait les tenants et aboutissants, et le point de départ d’une enquête captivante pour découvrir à la fois l’identité de son père et l’assassin de sa mère.

Pour incarner Lola (mais pas que !), la production a fait appel à Garance Thenault, dernièrement au générique de deux téléfilms de la collection « Meurtres à (Belle-Ile et Colmar). « Je joue deux rôles dans la série : Lola, la fille, et Manon, la mère », précise l’actrice à ouest-france.fr. Deux personnages aux tempérament bien différents. « Lola a un caractère fort et cherche toujours à avoir une longueur d’avance sur le capitaine. Elle est très sportive, alors que je ne le suis pas vraiment. J’ai aussi dû apprendre les bases du krav-maga, une méthode d’autodéfense. Je pense maintenant sincèrement que toutes les femmes devraient prendre des cours de krav-maga ! »

Des acteurs bien connus

A ses côtés, Pierre-Yves Bon (« Meurtres dans le Jura ») s’est glissé dans la peau du capitaine Clément Neuville. Vu récemment dans « La Garçonne », avec Laura Smet, le comédien avoue avoir dû « chercher des émotions profondes » en lui pour les exprimer devant la caméra.

Aurélie Vaneck (« Plus belle la vie »), Gabrielle Lazure (« Un si grand soleil »), Elodie Frenck (« Les Petits Meurtres d’Agatha Christie »), Vincent Winterhalter (« Fais pas ci, fais pas ça » et collection « Crime à »), Xavier Lemaître (« Lupin »), Vincent Jouan (« Cassandre »), Jérôme Anger (« Julie Lescaut »), Manuel Gélin (« Sous le soleil ») et Farouk Bermouga (« Demain nous appartient ») complètent cette très belle distribution.

Tout ce beau monde s’est ainsi retrouvé au pays d’Auray, dans le Morbihan. « J’avais écrit cette série pour un tournage à La Rochelle, l’île de Ré et la façade atlantique, mais j’ai voulu la tourner en Bretagne », explique à Ouest-France le réalisateur, Grégory Ecale. « Il y règne une ambiance policière. Ici, il y a des beaux gris, des couchers de soleil dingues. » De quoi promettre une vivifiante bouffée d’air frais, et un suspense qui vous tiendra en haleine durant trois semaines.

Notre sélection vidéo