Abonnez-vous pour 1€

Felice Mazzù après l’exploit de l’Union à Anderlecht: «Nous avons grandi en maturité»

La joie du coach unioniste. @News
La joie du coach unioniste. @News

Felice, si la victoire est au bout, l’Union n’a pas connu que des moments faciles dans cette rencontre.

C’est exact, notamment parce que les joueurs avaient, peut-être, un peu de stress et de pression durant le premier quart d’heure, où Anderlecht nous a mis sous pression. Mais par la suite, si ce n’est sur l’égalisation, Anthony Moris n’a finalement eu que très peu de boulot.

On vous avait vu très attentif lors du duel amical entre Anderlecht et l’Ajax. Les enseignements que vous en avez tirés vous ont-ils aidé ?

Oui, évidemment. La priorité était de voir le dispositif, d’analyser leur jeu. Lorsque tu affrontes Anderlecht, qui a des ambitions cette saison, il faut pouvoir s’adapter et ne pas uniquement penser à sa philosophie de jeu. Et cela, nous l’avons bien fait en deuxième période, en gérant mieux nos efforts.

La différence entre les deux équipes se situait au niveau des onze de base, avec… onze éléments déjà présents à l’Union l’an dernier !

Nous avons toujours dit que nous allions travailler dans la continuité. Nos transferts entrants n’ont, à l’heure actuelle, pas la capacité physique pour commencer une rencontre. Les joueurs de l’an dernier ont, eux, été champions et maîtrisent le système dans lequel nous évoluons. Cela facilite les choses.

L’Union a en tout cas retenu les leçons de la défaite en Coupe de Belgique en février dernier (0-5).

Ce match, nous l’avions encore en travers de la gorge. Mais force est de constater que nous avons grandi au niveau de la maturité. Il y a cinq mois, après avoir été menés 0-1, nous nous sommes dévoilés, nous faisant prendre par les transitions rapides. En préparation de la rencontre, le mot d’ordre était simple : même si Anderlecht marquait, il fallait conserver notre contrôle, notre organisation.

À la pause, on aurait pu croire que l’égalisation vous coupe les jambes, non ?

Oui, mais c’était le travail du staff de garder le groupe dans son match. Cela ne fut pas simple de remonter sur la pelouse, mais ils l’ont très bien fait, livrant une très belle deuxième période. Avec l’efficacité qui nous caractérisait la saison dernière, tout en laissant peu de possibilités aux Mauves.

Malgré ce succès on vous sent calme et loin d’être euphorique.

Tout simplement car nous ne sommes nulle part. Certes, nous poursuivons sur notre lancée, mais la saison est encore très longue. Et de nombreux défis nous attendent encore.

À commencer par dimanche prochain, face à Bruges, un autre cador de la série.

Ce dimanche soir, nous allons profiter de notre beau succès, sans penser à ce deuxième match. Ensuite, nous pourrons nous concentrer sur cet autre gros morceau, et il faudra faire preuve de la même maturité, du même sérieux.

Foot amateur et chez les jeunes

Notre sélection vidéo