Abonnez-vous pour 1€

Après les inondations, la pollution menace: «Il ne faut pas négliger les pollutions liées à des stocks de réactifs et de produits emportés»

L’eau a charrié sur les berges et dans les jardins, débris, hydrocarbures et peut-être aussi produits toxiques.
L’eau a charrié sur les berges et dans les jardins, débris, hydrocarbures et peut-être aussi produits toxiques. - PhotoNews

Tous les sinistrés et aussi les bénévoles en ont témoigné : il régnait, au lendemain des inondations, une odeur âcre de mazout et la boue était parfois visqueuse. Des citernes de mazout de chauffage ont été emportées par les flots, éventrées et se sont vidées dans la nature. Les réservoirs des voitures ont aussi fuité.

« Heureusement, le débit des rivières est assez important et, avec la pluie, tout cela a eu pour effet de diluer la pollution et de la disperser », nous dit Nicolas Yernaux, porte-parole du Service public de Wallonie.

➜ Mais il n’y a pas que le mazout. « Il ne faut pas négliger les pollutions d’origine industrielle liées à des stocks de réactifs et de produits divers qui auront pu être emportés »

Tous les détails ici.

Notre sélection vidéo