Abonnez-vous pour 1€

Il viole une prostituée à Charleroi: Christian, 58 ans, connaît sa peine

La victime a été entendue.
La victime a été entendue. - Photo News

C’est Christian, 58 ans, qui a abordé Paloa (prénom d’emprunt) à la ville basse en octobre 2020 : « Tu travailles ? » Ils entretiendront des relations sexuelles à 4 ou 5 reprises, chaque fois contre 20 ou 30 euros. Une misère… Alors, le 30 novembre 2020, lorsqu’il vient la chercher en voiture après lui avoir envoyé plusieurs messages tout au long de l’après-midi, elle se rebiffe et refuse. « Il m’a donné une grosse baffe, puis il s’est mis sur moi, son bras en travers de ma gorge, j’avais très mal et très peur », expliquera-t-elle, en état de choc, à sa maman, avant de déposer plainte dans la foulée.

La jeune femme a longtemps cru que la justice ne la prendrait pas au sérieux, étant donné ses activités, elle l’a répété devant le tribunal, encore sous le choc de cette épreuve traumatisante. D’autant que Christian affirmait, lui, que « tout s’était passé comme d’habitude, contre 20 euros, et qu’il ne comprenait pas pourquoi elle l’accusait ».

Le tribunal a choisi de croire la jeune femme. En raison du dévoilement immédiat, des signes de violences sexuelles qu’elle portait et des SMS qu’elle a envoyés à Christian pour se plaindre de sa conduite et de sa violence. « Le fait qu’il s’agisse d’une relation tarifée n’influe en rien sur le consentement et sur le fait qu’il s’agissait bien d’un viol », dit le tribunal qui a condamné le quinquagénaire à 3 ans de prison avec un sursis probatoire de 5 ans.