Jean-Claude Van Damme débarque sur Netflix : «Je me trouve trop jeune pour arrêter»

Jean-Claude Van Damme débarque sur Netflix : «Je me trouve trop jeune pour arrêter»

Avec plus de trente ans de carrière, vous avez su prouver que vous étiez une star qui dure. Qu’est-ce qui vous a attiré dans «Le dernier Mercenaire», de David Charhon («De l’autre côté du périph»)?

Avant tout, le scénario, bien ficelé. Il y a tous les ingrédients pour plaire au public : de l’action, de l’émotion, des cascades et de l’autodérision. Tout cela m’a plu. Mais aussi mon personnage, un homme dans l’action, mais qui sait détendre l’atmosphère avec humour. Un peu à la Belmondo!

Une façon de lui rendre hommage?

Exactement. Dans ses films de castagne, il a toujours su donner une belle dimension humaine à ses personnages. Il apportait une vraie chaleur humaine. J’ai joué mon rôle dans «Le dernier Mercenaire» en pensant à lui. Un jour, à la télé, Belmondo a dit que j’étais un acteur qui compte dans le monde du cinéma d’action. Cela m’a touché en plein cœur.

L’avez-vous rencontré ?

Oui, à Paris, il y a quelques années, lors du tournage de «L’aîné des Ferchaux». Nous avions un ami commun qui a provoqué la rencontre. C’était super. J’ai été le saluer sur le plateau. En me voyant, il est venu vers moi et m’a dit: «Alors, Jean-Paul, tu vas bien?» J’ai répondu: « Yes, Jean-Claude.» On s’est marrés!

Au casting de cette comédie musclée : Alban Ivanov, Assa Sylla, Samir Decazza, Djimo, mais aussi Miou-Miou, Valérie Kaprisky ou

Dans «Le dernier Mercenaire », votre personnage cite beaucoup de proverbes. Lequel est votre préféré ?

Ils sont tous mes préférés et ont tous un sens à mes yeux. N’oubliez pas que je suis l’homme des proverbes. Certains sont cultes. (Rires.)

Vous vous y doublez vous-même en anglais pour la première fois! Comment avez-vous vécu cette nouvelle expérience ?

J’ai beaucoup aimé, je pouvais donner de l’intonation et de l’émotion dans ma voix avec sincérité puisque je «vivais » mon personnage. Lorsque j’ai entendu ma voix doublée en anglais dans le film « JCVD », cela m’a fait un drôle d’effet, comme un contrecoup. Donc, quand Netflix m’a proposé de faire le doublage moi-même, j’ai foncé sans me poser de questions.

Retrouvez l’intégralité de cette interview dans le Ciné-Télé-Revue sorti ce jeudi 29 juillet.

«Le dernier mercenaire», 30 juillet, Netflix.

Notre sélection vidéo