Abonnez-vous pour 1€

Standard, Anderlecht, Charleroi, Union, Seraing: le point sur la situation financière de nos clubs

Standard, Anderlecht, Charleroi, Union, Seraing: le point sur la situation financière de nos clubs
Photo News / Belga

À l’aube de la deuxième journée du nouvel exercice 2021-2022 du championnat belge, où en sont les finances des différents clubs de D1A ? Selon le quotidien néerlandophone Het Nieuwsblad qui a réalisé un état des lieux, presque tous les clubs de première division belge éprouvent des difficultés financières, et 14 sur 18 figurent dans le collimateur de la commission des licences.

Parmi eux, le Standard, qui est peut-être le club le plus en difficulté, comme en témoigne le média néerlandophone. Même si Bruno Venanzi est parvenu à trouver quelques solutions telles que la vente du stade, des droits TV ou encore des investissements d’anciens joueurs, celles-ci ne sont que ponctuelles. Il faudra attendre les prochains mois pour voir plus clair côté Liégeois.

Au contraire, le Sporting Charleroi fait lui désormais partie des bons élèves de l’élite belge. Le club carolo, longtemps considéré comme le vilain petit canard est devenu l’un des modèles du football belge sous le règne de Mehdi Bayat. Avec 15.5 millions d’euros de capital propre, le Sporting est l’un des seuls clubs à réussir à boucler son budget, même sans transfert.

Du côté du Sporting d’Anderlecht, le club semblait enfin avoir sorti la tête de l’eau après un conseil d’administration dans le courant du mois d’avril, lors duquel une augmentation de capital avait été approuvée à l’unanimité. Une conversion de 37 millions d’euros de dettes en capital était alors annoncée, ainsi que l’injection de 25 millions d’euros d’argent frais. Mais l’assemblée générale, qui devait confirmer cette augmentation de capital fin juin, n’a toujours pas eu lieu, comme l’explique le Nieuwsblad, et le club bruxellois croule toujours sous les dettes.

L’inconnue de Seraing et la réussite de l’Union

Du côté des deux clubs promus, Seraing reste la principale inconnue. Le média néerlandophone rappelle que le club avait plus ou moins atteint l’équilibre il y a deux saisons, mais depuis, aucun chiffre plus récent n’est disponible. Difficile donc d’en savoir davantage sur la situation financière des Tigres.

L’Union Saint-Gilloise, qui s’était fortement endettée, sous la houlette du millionnaire britannique Tony Bloom, ces dernières saisons dans le but de retrouver l’élite, aurait de son côté réussi son pari. Mais le club bruxellois serait toutefois soumis à un contrôle mensuel approfondi de la part du comité des licences, vérifiant que toutes les factures sont correctement payées.

Foot amateur et chez les jeunes

Notre sélection vidéo