Abonnez-vous pour 1€

24 Heures de Spa-Francorchamps: une Mercedes en Pole, le meilleur Belge 12e sur la grille

24 Heures de Spa-Francorchamps: une Mercedes en Pole, le meilleur Belge 12e sur la grille
News

Après avoir accumulé un maximum de tours et de kilomètres jeudi, sur piste sèche, sous la pluie et dans la nuit, la journée fut studieuse pour la plupart des équipages engagés aux 24 Heures ce vendredi. Il s’agissait de démonter les bolides, de les ausculter comme des nourrissons à la visite médicale et de remplacer quelques pièces importantes pour que ces GT3 fringantes abordent le double tour d’horloge ardennais dans les meilleures conditions.

En fin de journée, les engins ont pu s’ébrouer dans un warm up de 30 minutes, histoire de vérifier que tout avait été correctement remonté. Enfin, les 20 bolides les plus rapides lors des qualifications ont été convoqués à la Super Pole, ce moment où chaque équipe désigne un pilote pour effectuer la plus belle prestation possible lors de deux tours chronométrés.

A ce jeu, c’est Raffaele Marciello (Mercedes-AMG) qui a épaté la galerie pour la 2e année consécutive. L’Italien a relégué son plus proche poursuivant (son compatriote Mirko Bortolotti, Lamborghini Huracan) à la 2e place mais à 3 dixièmes.

« Je suis satisfait de mon chrono mais ne comptez pas sur moi pour jouer les fanfarons », racontait le Super Poleman. « On sait tous qu’une fois le départ donné, cette position privilégiée sur la grille n’aura plus la moindre importance. Je me souviens trop bien de l’an passé. J’étais parti du même endroit sur la grille et cela n’a pas immunisé notre voiture contre les soucis techniques. »

Un autre Belge était du nombre des 20 invités : malheureusement, Laurens Vanthoor (Porsche 911) ne put faire mieux que le 20e chrono. Sa voiture, manifestement délicate à piloter, faillit d’ailleurs lui échapper des mains. Par contre, Ulysse De Pauw, qui découvre les 24 Heures, aura le plaisir de voir sa Bentley Continental partir de la 12e place grâce à son équipier Pierre-Alexandre Jean.

Dries Vanthoor et Charles Weerts n’ont pas eu ce privilège. Leur Audi, que l’on cite souvent parmi les favorites de cette édition, n’a enregistré aucun chrono lors des qualifications jeudi. C’est donc du fond de la grille qu’elle partira à l’assaut des 7 km du circuit. Pour certains, cette contre-performance n’influera pas sur leur performance : ils restent candidats à la victoire. Pour d’autres, en revanche, partir d’aussi loin, être confronté à des concurrents moins rapides gommera toute ambition de triomphe.

A vérifier, dimanche, sur le coup de 16h30.

Notre sélection vidéo