Abonnez-vous pour 1€

Les femmes enceintes encouragées à se faire vacciner face au variant Delta en Angleterre: 200 futures mamans admises à l’hôpital en une semaine

Les femmes enceintes encouragées à se faire vacciner face au variant Delta en Angleterre: 200 futures mamans admises à l’hôpital en une semaine
Illustration Photonews

« Le vaccin Covid-19 peut vous garder, vous, votre bébé et vos proches, en sécurité et hors de l’hôpital », a martelé Jacqueline Dunkley-Bent, responsable des sages-femmes pour l’Angleterre, alors qu’une faible proportion des femmes enceintes se sont pour l’instant vues administrer le sérum.

Dans une lettre ouverte adressée vendredi à ses consoeurs et aux femmes concernées, elle a « appelé les femmes enceintes à prendre des mesures pour se protéger et protéger leur bébé », soulignant que « le vaccin sauve des vies ».

99 % pas vaccinées

Cette mise en garde intervient après la publication la semaine dernière d’une étude « préoccupante » de l’université d’Oxford, montrant que 99 % des femmes enceintes admises à l’hôpital en raison du virus n’ont pas été vaccinées et qu’une femme enceinte sur dix hospitalisée nécessite des soins intensifs.

« C’est une très bonne nouvelle que si peu de femmes enceintes vaccinées aient été admises à l’hôpital avec le Covid-19 », a estimé la professeure Marian Knight, à la tête de l’étude, jugeant « cependant très inquiétant de constater que les admissions de femmes enceintes à l’hôpital pour cause de Covid-19 sont en augmentation et qu’elles semblent être plus sévèrement touchées par le variant Delta ».

200 admissions

Selon elle, 200 femmes enceintes ont été admises à l’hôpital avec le coronavirus sur la seule semaine dernière.

Au total, depuis le début de la pandémie et jusqu’au 11 juillet, 3.371 femmes enceintes ont été admises à l’hôpital avec des symptômes de la maladie. La gravité de leur état s’est accentuée avec le variant Delta, détaille l’étude, qui doit encore être examinée par des pairs.

« Risque plus élevé »

Interrogée plus tôt dans la semaine à ce sujet, la responsable des vaccins à l’OMS Kate O’Brien a affirmé qu’il existait un « risque plus élevé » de contracter une forme grave de la maladie lorsqu’on est enceinte.

« Et c’est encore plus vrai à la fin de la grossesse, lorsque vous avez un gros ventre et que votre capacité pulmonaire est réduite en raison du volume que vous portez », a-t-elle indiqué lors d’une session de questions-réponses en ligne, encourageant les futures mamans et les femmes qui allaitent à se faire vacciner.

Au Royaume-Uni, les femmes enceintes peuvent depuis mi-avril recevoir le vaccin de Pfizer-BioNtech ou de Moderna, le Collège Royal des Obstétriciens et Gynécologistes (RCOG) ainsi que le Collège Royal des Sages-femmes leur conseillant de le faire dès que possible.

Une enquête menée par le RCOG en mai révélait que 58 % des femmes enceintes à qui l’on avait proposé le vaccin l’avaient refusé, la plupart par crainte de nuire au bébé ou en attendant davantage d’informations sur de potentiels risques.

Les futures mamans peuvent être « rassurées » quant à la sécurité du vaccin, affirme Mme Knight, qui a insisté sur les « avantages » de la vaccination « non seulement pour elles », mais aussi pour leur bébé, à qui « les anticorps sont transmis ».

Notre sélection vidéo