Abonnez-vous pour 1€

L’Angleterre et l’Écosse lèvent la quarantaine des voyageurs vaccinés dans l’Union européenne et aux États-Unis

L’Angleterre et l’Écosse lèvent la quarantaine des voyageurs vaccinés dans l’Union européenne et aux États-Unis
AFP

Cette mesure, pour laquelle militait aussi ardemment le secteur touristique, est entrée en vigueur ce lundi à 04h00 (05h00 heure belge).

Pour les pays classés « orange », soit la grande majorité des destinations touristiques, dont l’UE et les États-Unis, le Royaume-Uni imposait jusque-là une quarantaine entre cinq et 10 jours aux voyageurs et de coûteux tests.

Il avait déjà exempté de quarantaine les voyageurs vaccinés par le service de santé britannique, mais pas ceux vaccinés à l’étranger, au grand désespoir des expatriés britanniques dans ces pays pour qui tout retour à la maison est très difficile.

Désormais, Écosse et Angleterre appliqueront la même mesure aux personnes vaccinées dans l’Union européenne ou aux États-Unis, pour les arrivées de tous les pays de la liste « orange », sauf la France, en raison de la présence du variant Beta.

Les voyageurs vaccinés aux États-Unis devront en plus prouver qu’ils sont résidents aux États-Unis.

En revanche, les États-Unis ont annoncé lundi qu’ils maintenaient fermées leurs frontières aux voyageurs internationaux, malgré les appels à la réciprocité, arrivant notamment des pays européens. Si les pays de l’Union européenne ont décidé de rouvrir leurs propres frontières aux Américains, à condition qu’ils soient vaccinés contre le Covid-19 ou présentent un test négatif, les voyageurs en provenance de l’espace Schengen, du Royaume-Uni et d’Irlande ne peuvent, eux, plus entrer aux États-Unis depuis mars 2020.

Les mesures annoncées par Londres ne concernent pas les pays classés « rouge » par Londres (Inde, Émirats arabes unis, États d’Amérique du Sud, etc.), d’où seuls les résidents au Royaume-Uni peuvent revenir, en observant une coûteuse quarantaine à leurs frais dans des hôtels dédiés.

Parmi les pays européens les plus endeuillés par la pandémie avec plus de 129.000 morts, le Royaume-Uni traverse actuellement une vague épidémique attribuée au variant Delta, malgré une décrue notable depuis une semaine.

Notre sélection vidéo