Abonnez-vous pour 1€

Le retour de vacances avec Ryanair ne se passe pas comme prévu pour Isabelle et ses filles: «Certains avaient déjà déboursé 400 euros inutilement»

Photo d’illustration
Photo d’illustration - Photonews

Isabelle n’est pas près d’oublier ses vacances aux îles Canaries. Si elle a pu profiter du soleil de Lanzarote avec ses deux filles sans encombre, les choses se sont gâtées au moment de prendre leur avion Ryanair pour revenir en Belgique. Car au moment d’enregistrer les bagages, comme elle l’explique à nos confrères de RTL, les trois femmes apprennent que la compagnie demande à tous les passagers non-vaccinés un test PCR négatif de moins de 72 heures.

Surprise pour Isabelle puisque cette condition ne faisait pas partie des mesures pour revenir en Belgique et que l’une de ses filles n’est pas vaccinée. Dernière solution possible : le centre de test de l’aéroport. Problème, de nombreux autres passagers se retrouvent dans la même situation que la fille d’Isabelle et les rendez-vous deviennent vite ingérables au centre de test.

Preuve en est, la fille d’Isabelle parvient à obtenir un test à 17h50… soit l’heure de l’embarquement de leur vol. Dans de telles conditions, impossible pour la famille de décoller puisqu’il faudrait encore attendre les résultats (qui n’arriveraient qu’au minimum trente minutes plus tard) puis seulement enregistrer leurs bagages et enfin passer la douane.

Devant cette situation absurde, partagée par de nombreux autres passagers, Isabelle et d’autres personnes se plaignent à l’hôtesse. D’autant que les conditions de vol ne font nullement mention d’un test PCR obligatoire pour les personnes non-vaccinées : seul le PLF est nécessaire pour revenir en Belgique. Après une attente interminable et l’aval du patron de la compagnie, les passagers obtiennent gain de cause : seul le PLF est nécessaire. « Certains avaient déjà déboursé près de 400 euros inutilement, et sans aucune certitude d’être remboursées », confie Isabelle à nos confrères.

Et si Isabelle et ses filles ont finalement pu embarquer sans encombre, tous les passagers du vol n’ont pas eu cette chance. À cause du retard engendré par ce « flottement », plusieurs personnes n’ont pas pu enregistrer leurs bagages au guichet et ont dû emmener leur valise sur le tarmac en payant des frais de 60 euros.

Désormais, Ryanair affiche sur son site Internet qu’un test PCR est obligatoire pour les non-résidents belges et que les voyageurs sont tenus de se tenir informés des exigences de voyage relatives à la Covid-19 et des formulaires de localisation. Le porte-parole de la compagnie aérienne explique que la situation est « très compliquée tant qu’il y aura des changements aussi fréquents » et que des erreurs étaient possibles.

Pour connaître l’ensemble des règles appliquées dans chaque pays, n’hésitez pas à vous rendre sur le site des Affaires étrangères.

Notre sélection vidéo