Sara et son mari avaient été mis au courant lors de la signature de l’acte de leur nouvelle maison, mais ils «ne se sont pas posés de question»…

Sara et son mari avaient été mis au courant lors de la signature de l’acte de leur nouvelle maison, mais ils «ne se sont pas posés de question»…
Allan Latanzzi via CNN

Au moment d’acheter une ancienne maison à Skippack, au nord-ouest de Philadelphie, aux États-Unis, en décembre dernier, Sara et son mari avaient été mis au courant que de nombreuses abeilles se cachaient dans l’habitation.

Au moment de la signature de l’acte, en hiver, les abeilles n’étaient pas très dérangeantes et ni Sara ni son mari n’imaginaient que les insectes leur poserait problème un seul instant. « C’était écrit sur l’acte qu’il y avait des abeilles dans les murs, mais nous n’avons posé trop de questions à ce sujet », a expliqué Sara à CNN. Il faut dire que le couple avait d’autres soucis à régler. La maison avait été laissée à l’abandon depuis de longs mois et les travaux à réaliser étaient nombreux.

Le problème, c’est qu’une fois le printemps arrivé, les abeilles ont commencé à sortir de leur nid. Et Sara et son mari ont découvert qu’il y avait, en réalité… plus de 450.000 abeilles cachées dans les murs de l’habitation. Elles y vivaient depuis plus de 30 ans.

Inutile de vous dire que faire disparaître les bêtes et faire les travaux nécessaires a coûté de l’argent. Allan Latanzzi, l’homme qui s’est chargé d’enlever les abeilles a révélé avoir déjà été appelé à plusieurs reprises au cours des dernières années dans cette habitation. Mais selon lui, les abeilles ne se sont pas montrées trop agressives et il n’y a été piqué que « cinq ou six fois ».

Notre sélection vidéo