Star montante du petit écran, Camille Lou s'impose dans «J'ai menti»

Star montante du petit écran, Camille Lou s'impose dans «J'ai menti»
Copyright Thierry Langro / Les films du 24 / UGC Fiction / France 3

Révélée au grand public dans les comédies musicales « 1789, les amants de la Bastille » et « La Légende du roi Arthur », la chanteuse Camille Lou a depuis bien tracé sa route à la télévision. Finaliste de l’émission « Danse avec les stars » en 2016, la jolie blonde a joué dans quelques succès, dont « Les Bracelets rouges », « Maman a tort », « Le Bazar de la Charité » et « Je te promets », déclinaison française de « This is us », le feuilleton familial qui cartonne depuis cinq saisons aux Etats-Unis.

A 29 ans, la jeune femme nous revient cette fois en tête d’affiche de « J’ai menti », une minisérie de six épisodes librement inspirée de l’affaire Guy Georges, connu comme le tueur de l’Est parisien, et de sa victime Elisabeth Ortega, qui lui a échappé.

Camille incarne Audrey, unique rescapée d’un mystérieux bourreau qui a sévi dans la région de Biarritz seize ans plus tôt, et qui est brutalement rappelée à son passé quand le corps sans vie d’une fille de 17 ans est retrouvé sur la côte basque. Le prédateur auquel Audrey a survécu était surnommé le tueur d’Itsas. Rien ne relie les deux affaires, mais Audrey, aujourd’hui avocate, mariée et mère de famille, est persuadée qu’il est de retour. Pour le prouver, elle va devoir faire face à ses mensonges : la nuit où elle a croisé la route du meurtrier, elle a menti sur tout, et à tout le monde.

« Franchement, j’aurais pas aimé être à sa place », écrit la comédienne en légende d’une photo où elle apparaît le visage tuméfié et le cou ensanglanté, sur son compte Instagram. Laquelle joue le personnage de ses 16 à ses 35 ans. Pour la version ado d’Audrey, Pays basque oblige, la Nordiste originaire de Maubeuge s’est donc naturellement glissée dans la combinaison d’une surfeuse. « Au début, la production devait prendre une doublure mais, comme j’avais cette envie de vivre de nouvelles expériences, j’avais envie d’apprendre, je leur ai demandé de me trouver un prof de surf », a-t-elle révélé à Télé-Loisirs, avant d’avouer : « J’ai adoré, et puis… j’ai rencontré cet homme formidable. »

Coup de foudre sur les flots

Cet homme, c’est Romain Laulhe, coach de surf dans la ville d’Anglet. C’est grâce à lui que Camille, qui venait alors de vivre une rupture « très difficile » avec le danseur Gabriele Beddoni (leur relation a duré presque cinq ans), a réussi à sortir la tête de l’eau, sans mauvais jeu de mots. Depuis septembre 2020, les deux tourtereaux exposent ainsi leur amour sur les réseaux.

Leur idylle a pourtant failli étouffer dans l’œuf. Passé plusieurs semaines à se faire la cour à l’ancienne entre deux vagues, Camille est testée positive au Covid-19. « Moi ! Une hypocondriaque et une maniaque du contrôle ! Autant dire que je suis tombée des nues… » se souvient-elle dans les colonnes de Paris Match, assurant ensuite avoir tout de suite pensé à Romain. « J’étais envahie par une tristesse infinie à l’idée de devoir lui annoncer que j’avais le virus. J’ai eu peur qu’il ne veuille pas me revoir.»

Mais c’était mal connaître le beau monsieur ! Durant ses deux semaines d’isolement, Camille Lou a ainsi eu droit à des visites, sérénades et paniers de légumes – du jardin, sinon rien ! – sur le seuil de sa porte. « Finalement, c’est grâce au covid que j’ai su que je l’aimais », conclut celle qui vit aujourd’hui sa meilleure vie.

Les amoureux prévoient incessamment de franchir une nouvelle étape en s’installant ensemble dans le Sud-Ouest. Quant à Camille, elle sera à retrouver dès le 15 septembre au cinéma dans le film « Pourris gâtés » (avec Gérard Jugnot et Artus). Elle vient aussi de terminer le tournage de « Christmas Flow » pour Netflix, et s’apprête à mettre en boîte « Invulnérables », une fiction abordant la trisomie 21, pour M6. Sans parler du tournage de la prochaine série historique de TF1 , « Les Combattantes », dans laquelle sont également attendues Audrey Fleurot, Julie de Bona et Sofia Essaïdi. Le vent en poupe, on vous dit !

« J’ai menti » - Dimanche 15 août, 20h45, la Une

Notre sélection vidéo