Abonnez-vous pour 1€

Test de «Monster Hunter Stories 2: Wings of Ruin»: la pépite de l’été sur Nintendo Switch

Vidéo
Test de «Monster Hunter Stories 2: Wings of Ruin»: la pépite de l’été sur Nintendo Switch
Nintendo

Après un « Monster Hunter Rise » parfaitement maîtrisé et acclamé par la critique, la licence revient sur Nintendo Switch. Cette fois avec un nouveau volet pour sa saga « Stories », quatre ans après le premier épisode sorti sur Nintendo DS.

Dans « Monster Hunter Stories 2 : Wings of ruin » (MHS 2) on oublie la chasse de monstres intensive pour devenir ryder, entendez un chevaucheur de monstres (appelés « Monsties »), et se lier d’amitié avec ces créatures. L’objectif ? Découvrir pourquoi les rathalos, une sorte de dragons, ont disparu.

Pour faire la lumière sur cet étrange phénomène, on est amené à visiter plusieurs lieux tout en protégeant une créature pouvant détruire le monde selon une prophétie.

Sans entrer dans les détails du scénario, on peut simplement dire une chose : ça fonctionne. Certes, on retrouve quelques facilités scénaristiques comme le « pouvoir de l’amitié », mais la narration parvient à nous captiver tout au long de l’histoire principale, soit plus de quarante heures de jeu pour l’histoire principale.

Une invitation au voyage

Détail important : les nouveaux joueurs sont pris en compte puisque le scénario est indépendant du premier épisode, bien que s’inscrivant dans la continuité des événements de ce dernier. Il n’est donc pas nécessaire d’y avoir joué pour comprendre les différents éléments.

Si la formule MHS 2 fonctionne, c’est aussi grâce à un système de combat au tour par tour efficace.

Si le système - qui repose sur un système pierre-papier-ciseau en fonction d’éléments - peut paraître simple, il n’en est rien. Il faut emmagasiner plusieurs connaissances afin d’attaquer en conséquence les monstres que l’on affronte.

La dimension collection et level-up est aussi présente puisqu’il vous faudra un équipier puissant et des équipements adéquats pour avancer. Le gameplay est, au final, plus profond et complexe qu’il n’y paraît. Mais là encore, le jeu accompagne les plus novices dans l’appréhension des différentes mécaniques.

Seul point négatif après quelques heures de jeu : la redondance, ou du moins la durée, de certains combats.

Reste que « Wings of ruin » est une véritable invitation au voyage dans un univers haut en couleur. Porte d’entrée dans l’univers « Monster Hunter » pour les uns, prolongement de l’aventure pour les autres, « Monster Hunter Stories 2 : Wings of ruin » est sans conteste le J-RPG de l’été. Voire de l’année ?