Jason Momoa, revanchard dans «Sweet Girl»: «Il y a beaucoup à dire sur Big Pharma…»

Vidéo
Jason Momoa, revanchard dans «Sweet Girl»: «Il y a beaucoup à dire sur Big Pharma…»
Netflix

Vous êtes également un mari et père accompli, qu’évoque donc en vous l’histoire de « Sweet Girl » ?

Découvrir que certaines compagnies paient pour retarder, voire annuler la sortie d’un traitement ou de médicaments qui pourraient sauver des vies est révoltant. C’est une injustice terrible, et je ne sais pas comment j’aurais réagi à la place de mon personnage. Jouer dans un film permet de franchir certaines limites, et parfois de se remettre en question. Je n’aurais évidemment pas fait les choses à sa manière, mais j’aime l’idée d’être un parent fort qui lègue à ses enfants des principes et des valeurs. « Sweet Girl » aborde différents thèmes intéressants, il m’a ouvert les yeux sur des choses dont je n’avais pas vraiment conscience.

Comme quoi ?

Tout est dans le film. Mais vous savez, il y a beaucoup à dire sur Big Pharma et les grands groupes pharmaceutiques. Et plus vous creusez, plus ça ressemble à une histoire d’horreur. Avec « Sweet Girl », on mesure à quel point ce monde est foutu, complètement corrompu. Et le pire dans tout ça, c’est que ce sont les petites gens qui casquent en premier, qui prennent le plus cher. Mes amis et moi voulions aborder cette problématique sous cet angle, plonger les spectateurs dans l’intimité d’un foyer ordinaire, pour essayer de comprendre ce que certaines personnes traversent, et voir comment les choses peuvent évoluer quand on essaie de faire justice soi-même. Évidemment, ça ne va pas bien se finir…

L’intégralité de notre interview exclusive avec Jason Momoa est à lire dans le Ciné-Télé-Revue de cette semaine.

« Sweet Girl », dès vendredi 20 août Netflix

Notre sélection vidéo