Pour fêter la réouverture de son club échangiste, le patron organise un «marathon sexuel» de trois jours: «J’ai déjà reçu plus de 50 réponses»

Photo prétexte
Photo prétexte - 123rf

Lorsqu’il a annoncé la réouverture du club à ses habitués, le téléphone de Ian, le patron, a littéralement surchauffé. « En douze heures, j’ai reçu plus de cinquante réponses. Et puis, je dois encore mettre le système de réservation en ligne. Je m’attends à des scènes dignes d’un parc d’attractions, une file et beaucoup de temps d’attente », raconte-t-il à nos confrères de HBvL.

De l’attente, il y en aura, pendant ces trois jours de marathon. « Nous ne pourrons jamais recevoir tout le monde en même temps. De plus, je suis sûr que de nombreux clients resteront pendant toute la durée du marathon. Heureusement, nous avons beaucoup de matelas. »

Si les clubs échangistes avaient déjà été autorisés à reprendre une partie de leurs activités depuis le 9 juin, elles devaient toutefois respecter les règles appliquées à l’Horeca : distance entre les tables, nombre limité de personnes par table... Eviter les contacts, l’opposé de ce qui se fait dans les clubs tels que « Amai ». Dès le 1er octobre, il sera donc possible d’accéder au club en présentant un test PCR négatif, un certificat de vaccination ou de rétablissement. « Ce sera particulièrement émouvant de revoir tout le monde après un an et demi », conclut Ian.