Abonnez-vous pour 1€

Interview – Denis Ducarme déménage à Charleroi, ville basse: «Charleroi n’appartient pas à Paul Magnette et nous allons reconstruire une alternative»

Exclusivité La Nouvelle Gazette
Interview – Denis Ducarme déménage à Charleroi, ville basse: «Charleroi n’appartient pas à Paul Magnette et nous allons reconstruire une alternative»

Il arrive sur la scène politique communale carolo pour renforcer une équipe libérale en difficulté, avec trois axes forts : les indépendants, la sécurité et le social. Et ne lui parlez surtout pas de parachutage, lui qui a des racines profondes dans la première métropole wallonne. Le choc avec le ténor socialiste Paul Magnette s’annonce costaud.

Denis Ducarme, votre arrivée à Charleroi était dans l’air du temps depuis quelques mois…

Moi-même, cette idée m’avait effleuré l’esprit il y a une dizaine d’années. Puis, plus récemment, plusieurs personnes me l’ont demandé. Pour l’anecdote, on m’avait déjà proposé à deux reprises de partir à Bruxelles et j’avais à chaque fois refusé. Je ne me voyais pas là-bas. Je me sens d’ici, j’habitais déjà à dix minutes à Ham-sur-Heure/Nalinnes, j’ai suivi mes secondaires à Charleroi… Ces dernières semaines, j’ai donc beaucoup échangé avec d’autres responsables MR de la région comme Nicolas Tzanetatos, Caroline Taquin, Olivier Chastel ou encore Thomas Salden. J’ai aussi eu des discussions sur le plan privé et j’ai pu convaincre ma compagne de franchir le pas. Nous avons visité des appartements et nous en avons choisi un au cœur de la ville basse, où nous emménagerons début octobre. Je viens pour m’impliquer, avec l’équipe déjà en place où le relationnel est excellent, dans la politique communale. Pour les électeurs, à Charleroi, le scrutin ne peut pas se limiter à un choix entre le PTB et le PS, accompagné de ses petits satellites que sont à l’heure actuelle Ecolo et le cdH. Charleroi n’appartient pas à Paul Magnette et nous allons reconstruire une alternative.

> Politique carolo, Paul Magnette… Une interview exclusive à retrouver ICI

> Olivier Chastel et Georges-Louis Bouchez réagissent à cette nouvelle  : « C’est moi qui lui ai proposé »

Notre sélection vidéo