Les jeunes Belges rêvent d’une pension rapide: pour eux, 55 ans est l’âge idéal

photo prétexte
photo prétexte - Kevin Delvecchio/Unsplash

SD Worx a demandé à 5.000 travailleurs européens quel était l’âge idéal pour partir à la retraite. En Belgique, tout comme dans les autres pays où a été menée l’enquête, celui-ci est nettement plus élevé auprès des travailleurs de plus de 55 ans que ceux âgés de 18 à 24 ans. Les Belges de plus de 55 ans, ils voudraient prendre leur retraite à 63 ans. En moyenne, les indépendants belges de plus de 55 ans qui emploient du personnel veulent continuer à travailler le plus longtemps : jusqu’à leurs 68 ans, soit cinq ans de plus que la moyenne des salariés.

Une différence notoire

La différence avec les jeunes est frappante : les jeunes indépendants entre 18 et 24 ans espèrent généralement partir le plus tôt possible à la retraite avec une moyenne de 47 ans. Pareil pour les jeunes salariés. Ainsi, les travailleurs belges entre 18 et 24 ans considèrent l’âge de 55 ans comme idéal pour la retraite. À l’heure actuelle, l’âge légal de la retraite est fixé à 65 ans en Belgique. « La différence marquée entre l’âge de la retraite souhaité chez les jeunes travailleurs et les plus de 55 ans est frappante, même si elle s’explique peut-être par la phase de vie dans laquelle ils se trouvent. De plus, il ressort des résultats que chaque catégorie d’âge souhaiterait prendre sa pension avant l’âge légal de la retraite. En résulte un champ de tension, si l’on veut que la sécurité sociale reste abordable. Une politique durable en matière de carrière et de RH joue un rôle crucial à cet égard », déclare Cathy Geerts, directrice générale des ressources humaines chez SD Worx.

Globalement, la principale motivation pour continuer à travailler après l’âge légal de la retraite est liée au salaire : en moyenne 41 % de tous les travailleurs belges interrogés affirment qu’un salaire plus élevé les inciterait à ne pas encore prendre leur pension. En deuxième position (35 %), citons la diminution du nombre d’heures de travail. En ce qui concerne la troisième position du classement, les avis divergent selon la catégorie d’âge.

Du travail moins pénible

Pour les 18-24 ans, une tâche ou un rôle moins éprouvant mentalement serait une motivation supplémentaire pour 33 % d’entre eux. Chez les 25-34 ans, un travailleur sur quatre (26 %) indique qu’il travaillerait plus longtemps que l’âge légal de la retraite si le contenu de la fonction devenait plus intéressant ou avait plus de sens. Enfin, il s’avère que pour 18 % des travailleurs belges entre 35 et 55 ans, aucun facteur ne pourrait contribuer à prolonger le temps de travail.

Le salaire supplémentaire reste un facteur clé dans les différents groupes d’âge, mais l’importance diminue avec l’âge. Une réduction du nombre d’heures de travail est essentielle dans les groupes d’âge plus jeunes et moins d’application pour les plus de 55 ans. La même tendance s’observe en termes de contenu : plus le travailleur est jeune, plus un travail intéressant et pertinent peut le convaincre de continuer à travailler plus longtemps.

Notre sélection vidéo