Le terrible bilan provisoire des inondations: 24.000 immeubles touchés, on parle de 9 communes «défigurées»

Pepinster fait partie de ces communes cruellement touchées par les inondations.
Pepinster fait partie de ces communes cruellement touchées par les inondations. - Vincent Lorent

Des chiffres impressionnants ! 3.200 habitations ont été déjà été partiellement détruites. Et 400 autres habitations restent encore estimées soit en phase de démolition, soit en phase d’inhabitabilité.

Une situation inédite dans le mauvais sens du terme. Quand on doit parler chiffres. Alors quand on demande à Christophe Collignon, ministre wallon du Logement, et des Pouvoirs locaux de tirer un bilan des terribles inondations du 14 juillet dernier, il se veut prudent. « Nous sommes dans l’extrapolation et nous nous basons sur le retour des assurances ou des bourgmestres des différentes communes », précise-t-il d’emblée. « Nous n’avons clairement pas assez d’agents pour vérifier tout ce qui se passe dans chaque maison. » Selon les chiffres aujourd’hui avancés, on recense 24.000 immeubles touchés dans 36 communes. À divers stades évidemment : cela peut être des caves inondées à des dégâts bien plus importants. Et encore, tout n’est pas signalé.

Sur ces 36 communes, 9 ont été « défigurées ». On parle de Trooz, Limbourg, Pepinster, Theux, Verviers, Liège, Esneux-Tilff, Chaudfontaine et Rochefort. 25 autres ont également été sérieusement impactées.

Face à l’ampleur des besoins, le ministre Collignon a décidé d’octroyer une dotation complémentaire de 30 millions d’euros sur ses crédits, en plus des 5 millions déjà engagés, aux communes et provinces affectées, ainsi qu’aux services des gouverneurs. Ceci pour aider à financer le support logistique en moyens matériels et humains pour le nettoyage et le déblaiement ou toute autre action selon les réalités du terrain.

Le calcul des montants pour chaque commune sinistrée a été établi sur base d’un premier rapport et sur base des différents chiffres récoltés ces derniers jours par les services de secours et les autorités : nombre de personnes inondées, sinistrées, gravement sinistrées, impact sur le domaine public et impact sur les bâtiments publics. Ces catégories sont susceptibles d’évoluer en fonction des renseignements qui seront recueillis sur le terrain dans les prochains jours.

Côté chiffres ainsi, on sait que 3.200 immeubles ont été partiellement détruits et que 400 autres sont soit en phase de démolition, soit en phase d’inhabitabilité.

Pas tous relogés

Difficile aussi pour le ministre d’estimer le nombre de personnes qui n’ont pas retrouvé un logement. « Certains ont retrouvé des logements provisoires dans les familles, mais pas encore pour du long terme », nous dit le ministre. On le sait, plusieurs pistes ont été mises en place pour accueillir les sinistrés. Comme « réquisitionner » des logements d’urgence. C’est le cas, par exemple, du centre de pèlerinage de Banneux qui compte 300 chambres à destination première des pèlerins. Le centre, dès le 14 juillet a accueilli jusqu’à 150 personnes. Aujourd’hui encore, 70 sinistrés y logent et sont nourris. À Chaudfontaine, dans nos colonnes la semaine dernière, le président du CPAS expliquait que 90 familles étaient encore dans l’attente d’un logement à long terme.