Abonnez-vous pour 1€

Prostituée tuée à coups de marteau à Marcinelle, des associations réagissent: «Le féminicide n’est pas un risque du métier de prostituée!»

Ce lundi soir, au 5ème étage de l’immeuble installé au 335 de l’avenue Mascaux.
Ce lundi soir, au 5ème étage de l’immeuble installé au 335 de l’avenue Mascaux. - FVH/C.H.

« Nous attendons que tous les moyens soient mobilisés afin que la lumière soit faite sur ce féminicide, qui doit être traité comme tous les autres, et que l’enquête à Charleroi se poursuive avec cette détermination », clament-elles dans un communiqué.

Le 30 août, une travailleuse du sexe (TDS) d’origine sud-américaine a été tuée dans un appartement à Marcinelle, près de Charleroi. Une seconde femme, également travailleuse du sexe, a été attaquée à l’arme blanche dans le même appartement et grièvement blessée.

>> « Les féminicides visant des TDS sont parfois banalisés », expliquent les associations.

>> Utsopi, Entre 2 Wallonie et Espace P Charleroi comptent organiser un rassemblement en hommage à leurs collègues victimes.