Le calvaire de Lucien, 61 ans, pour récupérer de l’argent prélevé par erreur sur son compte en banque: «J’ai payé 4.700 euros de trop en intérêts»

Photo
Illustration
Illustration - Belga Image

Lucien Boonen, un Belge de 61 ans, a fait un crédit auprès de la banque KBC en 2018 pour pouvoir construire une route et des lignes de services publics dans un lotissement. En même temps que son prêt, il a pris la garantie bancaire qui représente une sorte de police d’assurance pour la commune concernée par les travaux, afin de s’assurer que le lotissement est correctement aménagé. En cas d’erreur, la commune fait appel à cette garantie afin de rectifier les points qui posent problème, lit-on dans les colonnes du Belang Van Limburg.

Lucien explique dans les colonnes du média flamand que « le montant de cette garantie diminue au fur et à mesure que vous retirez de l’argent du crédit. Mais ces ajustements n’ont pas été effectués par KBC pour une raison ou une autre. J’ai calculé que sur une période de deux ans, j’ai payé environ 4.700 euros de trop en intérêts », déplore le sexagénaire.

Lucien a alors fourni toutes les preuves nécessaires au directeur de la banque pour démontrer qu’il y avait un problème. « Pendant tout ce temps, je n’ai pas reçu de réponse des services de crédit ou juridiques de KBC. Pour débloquer l’affaire, j’ai contacté mon avocat en octobre 2020. Le service juridique de KBC a répondu à la lettre de l’avocat qu’il n’avait reçu aucune facture. Cela semblait être une excuse », explique Lucien. « Les factures des travaux routiers ont été remises à l’agence locale. La garantie et le crédit ont été souscrits à l’agence locale. Alors ils ne devraient pas dire qu’ils n’ont ni facture ni papier », ajoute-t-il.

Après plus d’un an d’attente, le problème de Lucien a été résolu… grâce à la rédaction du Belang Van Limburg. « Nous nous sommes renseignés auprès de nos services concernés, car il s’agit en effet d’une situation très désagréable pour M.Boonene et nous tenons également à nous excuser », a déclaré KBC. La banque a justifié sa non-réaction par le fait que les documents que Lucien avait envoyés « ont pu se retrouver sur le mauvais service ». « Le service responsable n’était donc pas au courant, et par conséquent le remboursement n’a pas pu être effectué », explique la banque, qui a affirmé que le montant, s’élevant à 4.700 euros, serait disponible sur le compte de Lucien dans la semaine.

Notre sélection vidéo