Abonnez-vous pour 1€

Tensions au fédéral: la Vivaldi ne tient-elle vraiment plus qu’à un fil?

Tensions au fédéral: la Vivaldi ne tient-elle vraiment plus qu’à un fil?

De là à parler d’élections anticipées, il n’y a qu’un pas qu’il serait imprudent de franchir. Nous avons pris un peu de hauteur et demandé à deux experts de nous donner leur avis. Car il est vrai que la semaine fut torride dans la communication politique. Mais les choses semblent se calmer ces dernières heures. On a ainsi vu un président du MR, jamais avare de phrases assassines, expliquer à la télé flamande que les libéraux francophones resteront jusqu’au bout (en 2024) dans ce gouvernement, parce qu’il n’existe pas d’alternative et que les citoyens attendent que la coalition Vivaldi réussisse.

D’autres observateurs nous apprennent que le président du PS, Paul Magnette et celui de l’Open VLD, Egbert Lachaert (le premier à avoir secoué la réforme des pensions de la ministre socialiste Karine Lalieux) se sont vus dans un resto italien de la capitale pour calmer les tensions. Pour certains, l’axe PS-Open VLD est capital, un peu comme l’était l’axe MR/N-VA dans le gouvernement Michel.

➜ Alors, à quoi s’attendre ? Dossier complet ICI.

➜ « Je crains plus une forme de paralysie », « Un futur consensus n’est pas mis en péril » : voici l’avis de deux experts.