Abonnez-vous pour 1€

Le diesel à base de soja et d’huile de palme banni à partir de 2023

Le diesel à base de soja et d’huile de palme banni à partir de 2023
Isopix

L’huile de palme et de soja dans le diesel, ce ne sera bientôt plus autorisé. Le Conseil des ministres a approuvé vendredi un arrêté royal de la ministre de l’Energie Tinne Van der Straeten (Groen) interdisant l’usage de ces huiles dans le secteur du transport à partir de 2023. L’huile de palme et l’huile de soja sont parfois mélangés au diesel et constituent en principe un biocarburant. Mais ce dispositif est à l’origine d’une déforestation à grande échelle. «Ces combustibles n’ont aucun avantage sur les combustibles fossiles d’un point de vue climatique», explique la ministre Tinne Van der Straeten. «Ils coûtent de l’argent au consommateur à la pompe et provoquent finalement davantage d’émissions en raison de la déforestation massive observée pour faire pousser ces cultures.»

Le gouvernement fédéral interdit désormais l’utilisation de ces biocarburants pour le transport. Pour l’huile de palme, ce sera à partir du 1er janvier 2023, l’huile de soja suivra à partir de juillet 2023. Le gouvernement espère que leur utilisation sera supprimée de manière progressive. L’huile de palme et l’huile de soja ne compteront en effet déjà plus pour les obligations d’énergie renouvelable dans les transports que les fournisseurs de carburant doivent respecter.

Selon Tinne Van der Straeten, le gouvernement travaille toujours sur une suppression progressive des biocarburants de première génération, qui sont basés sur des cultures vivrières et fourragères. «De cette façon, nous nous dirigeons vers les biocarburants d’autres générations. Ce n’est pas un point final. Les investissements dans les transports électriques et ferroviaires devraient également freiner l’utilisation de biocarburants obsolètes.»

Notre sélection vidéo