Abonnez-vous pour 1€

Deux poneys shetlands attaqués par un loup: «il y aura plus d’attaques» met en garde une association

Deux poneys shetlands attaqués par un loup: «il y aura plus d’attaques» met en garde une association
Belga Image

La Wolf Fencing Team met en garde contre une recrudescence des attaques de loups dans le Limbourg et appelle les éleveurs à renforcer leurs enclos à cet effet, rapporte lundi le journal Het Belang van Limburg et l’information a été confirmée par la cellule à l’Agence Belga. La Wolf Fencing Team - mise sur pied par les associations Natuurpunt, Natagora et WWF - a été créée afin d’épauler les éleveurs dans leurs efforts d’adaptation de leurs infrastructures.

La Wolf Fencing Team s’attend à de nombreuses attaques de loups à l’avenir. «Notre expérience nous a appris que cette période est dangereuse. L’an dernier, il y avait des louveteaux et il y en a de nouveau cette année. Ceux-ci réclament plus de nourriture, les parents partent à la recherche de proies faciles et quoi de plus simple qu’un pré dans lequel les animaux ne sont pas protégés», explique Dirk Hoobergs, conseiller en prévention à la Wolf Fencing Team. «En fait, c’est déjà en cours et cela durera jusqu’à ce que les petits puissent chasser eux-mêmes. Maintenant, cela doit aller vite et il est plus facile de prendre un mouton ou une chèvre dans un pré.»

Quatre loups chassent actuellement dans la région, explique Jan Loos de Welkom Wolf. «Cela concerne les deux parents et leurs deux jeunes de l’année dernière», poursuit l’intéressé. «Les louveteaux qui grandissent ont besoin de nourriture en grande quantité. Il y aura donc plus d’attaques et cela dure depuis un certain temps déjà.»

Deux poneys shetland ont ainsi péri sous les crocs d’un loup dans la nuit de dimanche à lundi à Meeuwen dans l’entité de Oudsbergen, poursuit Welkom Wolf. «Pour autant que je sache, c’est la première attaque contre des chevaux. Nous savions que cela allait arriver», souligne Jan Loos de Welkom Wolf.

La Wolf Fencing Team appelle donc les éleveurs à rendre leurs enclos imperméables aux attaques des loups. L’équipe leur donne des conseils et les assiste dans leurs demandes de subventions tandis que des bénévoles les aident à renforcer leurs clôtures. «L’idée est d’apprendre au loup à se tenir à l’écart du bétail en installant des clôtures électriques et que ce dernier se concentre sur le gibier. Dans le Limbourg, par exemple, il y a beaucoup de sangliers.»

Notre sélection vidéo