Abonnez-vous pour 1€

Le secteur hôtelier n'a pas profité des avantages du «Brussels Pass», dénonce un député bruxellois N-VA

Le député bruxellois Mathias Vanden Borre.
Le député bruxellois Mathias Vanden Borre. - Isopix

Quelque 100.000 coupons Visit.Brussels Pass, d’une valeur de 40 euros, étaient prévus dans le plan de relance que le gouvernement bruxellois avait élaboré avec le secteur du tourisme. Les touristes qui ont téléchargé un tel chèque-cadeau ont pu rendre visite à toute une série de partenaires touristiques et culturels de la Région bruxelloise à un prix avantageux.

«Au 30 août, plus de 57.000 passes, soit 57% du nombre total, avaient été téléchargés. Cela ne signifie pas pour autant que toutes ces personnes sont venues en excursion à Bruxelles, car au 30 août seuls 2.960 passes, soit moins de 3% du nombre total, avaient été utilisés, pour un montant de 118.400 euros. La communication de la campagne et le développement de la plateforme permettant de demander ces coupons ont coûté plus cher, à savoir 200.000 euros. En outre, les Flamands et les Wallons ont téléchargé la majorité des passes. Je suspecte que le secteur hôtelier n’a malheureusement pas pu récolter les fruits de cette initiative qui coûte 4,2 millions d’euros au contribuable», a regretté M. Vanden Borre.

L’élu N-VA souligne que ce n’est pas la première fois que le gouvernement bruxellois mène une campagne promotionnelle «faible": «L’année dernière, il y a eu la campagne publicitaire ’Pas de Bruxelles sans nous’, qui a coûté pas moins de 7 millions d’euros. Le résultat a été décevant, car Bruxelles a attiré très peu de touristes. En outre, la campagne n’était ni attrayante ni reconnaissable. Cet été, il y a eu 70% de touristes en moins dans les hôtels de Bruxelles.»

M. Vanden Borre craint que Bruxelles ne soit actuellement «pas la destination préférée de nombreux touristes, car la situation sur le plan de la pandémie de Covid y reste préoccupante et un assouplissement des mesures n’est pas en vue dans l’immédiat». En outre, Bruxelles souffre d’une mauvaise réputation auprès de nombreux compatriotes en raison d’autres problèmes structurels tels que l’insécurité et la propreté, estime-t-il.

Notre sélection vidéo