Abonnez-vous pour 1€

Attention si vous avez mal à la tête, des vertiges et des nausées: l’IRM met en garde ce jeudi

Attention si vous avez mal à la tête, des vertiges et des nausées: l’IRM met en garde ce jeudi

L’IRM met en garde contre les intoxications au monoxyde de carbone ce jeudi. Chaque année, le tueur silencieux fait plus de mille victimes en Belgique, dont 2 à 3 % décèdent.

Dans quelles circonstances y a-t-il un danger d’empoisonnement au CO ? « Le risque d’empoisonnement au CO est plus haut lors d’inversion de températures. C’est une situation atmosphérique dans laquelle une couche d’air chaud se déplace sur une couche d’air froid à la surface terrestre. De cette manière, la température augmente avec l’altitude alors que normalement elle doit diminuer. Sous cette couche d'air plus chaud, s'accumulent des gaz comme le monoxyde de carbone (CO). Dans certains cas, il n'y a pas assez de vent pour disperser ces gaz. Le danger réside dans une mauvaise aération avec excès de CO dans les endroits de vie », explique l’IRM sur son site.

Si les accidents par monoxyde de carbone surviennent surtout durant la saison de chauffe, entre les mois d’octobre et de mars, « un empoisonnement au CO peut cependant arriver par n'importe quel temps. La ventilation d'une pièce dans laquelle se trouve un chauffe-eau est toujours importante. Une bonne aération est donc indispensable. »

Lorsque le risque d’intoxication au CO augmente à la suite des conditions météorologiques, l’IRM émet un avertissement public via son site internet, comme ce jeudi, et via ses bulletins météo à la télévision.

Les premiers signes d’une intoxication au CO sont des maux de tête, des vertiges et des nausées, chez les enfants souvent maux de ventre. « Pensez surtout au CO quand un malaise survient dans une salle de bain équipée d’un chauffe-eau au gaz ou quand plusieurs personnes présentent ces symptômes en même temps. Sans intervention, ces symptômes peuvent évoluer vers une perte de conscience et même un décès », écrit encore l’IRM sur son site.

Soyez donc vigilants.

>> Retrouvez toutes les informations nécessaires sur le site de l’IRM.