Abonnez-vous pour 1€

Inondations de la mi-juillet: la catastrophe aurait pu être anticipée, «dès le 12 juillet à 12h, on prévoyait des inondations de type catastrophique»

Inondations de la mi-juillet: la catastrophe aurait pu être anticipée, «dès le 12 juillet à 12h, on prévoyait des inondations de type catastrophique»
Belga image

La commission d’enquête parlementaire sur les inondations de la mi-juillet se poursuit ce vendredi. Au programme, l’audition d’un représentant de l’EFAS (European Flood Awareness System), le système européen d’alerte aux inondations qui a envoyé, entre le samedi 10 juillet et le mercredi 14 juillet, 25 avertissements à tous les pays concernés par les intempéries, dont la Belgique.

Certains médias, dont nos confrères de RTL, ont eu accès à ce rapport. Et le constat est clair : les autorités pouvaient prévoir ce qui allait se produire puisque les prévisions étaient « suffisamment alarmistes ». « Dès le lundi 12 juillet à 12h, on prévoit des inondations de type catastrophique à l’échelle des bassins de la Vesdre et de l’Ourthe en Wallonie. Donc ça, c’est un élément dont avait connaissance le service public de Wallonie ! », précise à RTL François Desquesnes, chef du groupe CDH au Parlement Wallon.

La gestion de l’avertissement et de la situation du Service public de Wallonie est donc remise en cause par ce rapport. Philippe Dierickx, directeur de la Gestion hydrologique au sein du Service public de Wallonie (SPW), sera également entendu ce vendredi, tout comme David Dehenauw, chef du Service Scientifique Prévisions du temps à l’IRM.

Le Monsieur météo RTL doit en effet expliquer pourquoi l’Institut royal de météorologie n’a lancé une alerte jaune que 48 heures avant le début des terribles intempéries et une alerte rouge le 14 juillet, alors que la catastrophe avait déjà débuté. « Je suis tout à fait serein, j’ai la conscience tranquille. Mais il faut quand même voir ce qu’on peut améliorer avec tous les partenaires », confie-t-il à nos confrères.

Notre sélection vidéo