Abonnez-vous pour 1€

Sortie du nucléaire: la ministre flamande de l’Environnement refuse le permis pour la centrale au gaz de Dilsen-Stokkem

Sortie du nucléaire: la ministre flamande de l’Environnement refuse le permis pour la centrale au gaz de Dilsen-Stokkem
Belga Image

Selon la ministre flamande, le projet Dils-Energie, lié au producteur allemand RWE, n’est pas conforme au prescrit urbanistique et est «plus grand que ce qui est autorisé».

De plus, la centrale de 900 MW de Dilsen-Stokkem va rejeter chaque année dans l’atmosphère quelque 100 tonnes d’ammoniaque et 340 tonnes de NOx à 189 mètres à peine d’un site naturel protégé, fait valoir Mme Demir.

«Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre qu’il y a de meilleures idées que d’installer une grosse centrale polluante à quelques pas d’un site naturel».

Le gouvernement fédéral compte pour mémoire sur la construction de quatre centrales au gaz en Flandre dans sa stratégie de sortie du nucléaire, dont celle de Dilsen-Stokkem. Mais celles-ci font l’objet de contestation locale, ce qui amène alors les dossiers sur le bureau de la ministre Demir.

Pour la ministre flamande, son refus d’octroi pour Dilsen ne préjuge toutefois en rien de l’issue pour les trois autres projets de centrales, à savoir Tessenderloo, Wondelgem et Vilvorde.

«Chaque dossier sera évalué sur son propre contenu», assure Mme Demir.

Celle-ci aura aussi à se prononcer sur le projet de Tessenderloo. Situé à cheval sur deux provinces, c’est ici à l’administration flamande de se prononcer en première instance. Le troisième projet concerne l’agrandissement de la centrale au gaz de Luminus de Wondelgem (Gand). Enfin, le refus d’autorisation de la province du Brabant flamand envers le projet de centrale à Vilvorde doit également être réexaminé par le ministre N-VA, dont le parti s’oppose à la sortie du nucléaire décidée par la majorité fédérale Vivaldi.

Les décisions de la ministre flamande peuvent toujours faire l’objet d’un recours.

Il est probable qu’aucun des quatre projets ne sera sécurisé au moment du lancement des enchères pour obtenir les aides fédérales dans le cadre du Mécanisme de Rémunération de Capacité (CRM).

Celui-ci sera en effet organisé en octobre prochain pour soutenir financièrement 2,3 gigawatts de production supplémentaire.

Notre sélection vidéo