L’iPhone d’un journaliste de la VRT hacké par Pegasus

L’iPhone d’un journaliste de la VRT hacké par Pegasus
Isopix

Les iPhones de l'ancien journaliste de la VRT Peter Verlinden et de son épouse Marie Bamutese ont été "probablement attaqués avec le logiciel Pegasus". C'est ce que Knack et Le Soir ont écrit vendredi soir sur la base d'un rapport de renseignement du service de renseignement militaire ADIV qu'ils ont pu consulter. "L'ADIV suppose que l'intrusion a probablement été initiée par le Rwanda." Le laboratoire de sécurité d'Amnesty International a confirmé les traces d'infection.

En juillet, il a été révélé qu'un logiciel de piratage avancé vendu par la société israélienne NSO Group avait été utilisé par des gouvernements autoritaires pour espionner les smartphones de journalistes et de militants des droits de l'homme dans de nombreux pays. En Belgique, l'ADIV a lancé une enquête suite à ces publications.

"Notre service a identifié plusieurs citoyens belges comme des cibles potentielles du logiciel Pegasus. Dans ce contexte, Peter Verlinden et Marie Bamutese ont été contactés pour un contrôle de sécurité de leurs appareils de communication", écrit l'ADIV dans un rapport de renseignement "à diffusion limitée" daté du 16 septembre 2021. "Bien que l'enquête complète soit en cours, notre service note que les appareils de Verlinden et de Bamutese ont probablement été attaqués par le logiciel Pegasus. Compte tenu du moment de l'intrusion et du profil des cibles, l'ADIV suppose que cette intrusion a très probablement été initiée par le Rwanda. Compte tenu de la complexité du logiciel Pegasus de NSO, l'ADIV mène des investigations supplémentaires pour confirmer notre évaluation initiale et déterminer l'étendue complète de la compromission."

Dans une réponse, le groupe NSO informe Knack que "si et quand NSO reçoit une preuve crédible d'abus, nous enquêterons". "Si un abus est constaté, l'entreprise dispose de sanctions - y compris l'arrêt total du système."

Dans une réaction, l'Association flamande des journalistes (VVJ) se dit consternée et exige des mesures. Le VVJ/AVBB exhorte le gouvernement belge à "prendre la cyber-insécurité des journalistes, entre autres, plus au sérieux qu'elle ne l'est actuellement". Elle insiste sur une approche ferme à l'égard de tous les responsables derrière Pegasus.

Selon le VVJ, les entreprises de médias et les journalistes individuels devront également faire davantage d'efforts pour pouvoir faire leur travail en toute sécurité - "tant dans le monde physique que dans le monde en ligne". "Le VVJ/AVBB place donc ce thème en tête de ses priorités pour la période à venir", peut-on lire.

Notre sélection vidéo