Abonnez-vous pour 1€

La grande interview du président du MR Georges-Louis Bouchez: «On ne sauvera pas la planète en mangeant du quinoa»

Vidéo
« Le parti appartient à ses militants. Chez les libéraux, on n’a pas de baronnies ».
« Le parti appartient à ses militants. Chez les libéraux, on n’a pas de baronnies ». - Photo News

Georges-Louis Bouchez, vous êtes depuis près de deux ans président du parti. Vous diriez qu’aujourd’hui, vous faites l’unanimité ?

Ce n’est pas à moi de dire si je fais l’unanimité ou pas mais ce que je sais, c’est qu’on a un parti qui n’a pas de pouvoir divergent par rapport à toutes les questions fondamentales et pourtant, nous avons pris des risques sur la neutralité, sur le travail, sur les libertés, sur le corona safe ticket sur lequel nous avons pris une position nuancée. Il n’y a pas de voix discordantes. Je pense qu’on a appris à se connaître. Il faut se rendre compte que je n’avais pas travaillé avec la plupart des ministres de cette façon-là avant. J’ai aussi une arrivée qui est un peu particulière. Beaucoup, quand ils deviennent président de parti, ont été ministre et donc membre du bureau du parti. Moi, j’ai été membre du bureau pendant quatre mois et encore, membre invité parce que j’étais porte-parole de la campagne. Des bureaux se tenaient en comité restreint et je n’y participais pas. J’ai dû faire face à la négociation d’un gouvernement, à une diminution significative du nombre de ministres… Je ne dis pas que tout a été fait parfaitement, je dis juste qu’au bout de deux ans, on se connaît beaucoup plus, on se fait plus confiance aussi.

➜ Prix du gaz et de l’électricité : « Un système de cliquet en urgence  »

➜ Une volonté « Zéro carbone » affichée : « On ne sauvera pas la planète en mangeant du quinoa »

On a créé le fameux « G11 » suite à l’incident Ducarme/De Bue lors de la formation du gouvernement il y a un an. C’était une erreur, cette décision ?

Au moment où je la prends, c’est par rapport à l’ensemble des équilibres du parti, des impératifs et des contraintes. Mais quand on voit le résultat, on ne peut pas dire que c’est un succès. Je pourrais me justifier de plein de manières, je ne l’ai pas fait, j’ai pris sur moi. Je ne vais pas le faire un an plus tard, mais quand on obtient le résultat qui a été celui-là, c’est quand même compliqué de dire que c’était exactement ce qu’il fallait faire. Valérie (De Bue NDLR) a fait preuve de beaucoup de professionnalisme et de correction.

Vous diriez que le parti est aujourd’hui apaisé ?

[…]

De nouveaux statuts pour le MR  : « Des comptes à rendre aux militants »

Son avis sur la crise sanitaire : « Je vais être plus en sécurité au resto qu’à l’hôpital »

➜➜ « Je veux conduire le MR en 2024 » : lisez l’intégralité de la grande interview de Georges-Louis Bouchez ICI.