Standard – RSC Anderlecht: «Au Standard, il faut avoir les nerfs solides et se contrôler»

Verschaeren connaît l’ambiance de Sclessin.
Verschaeren connaît l’ambiance de Sclessin. - Belga

L’équipe anderlechtoise ayant été fortement remaniée durant ce laps de temps, les Mauves vont dès lors, pour la plupart, découvrir cette atmosphère si particulière. En effet, de l’équipe qui a étrillé Malines dimanche dernier, il n’y a que le gardien Van Crombrugge, ainsi qu’Amuzu et Verschaeren (qui étaient tous deux remplaçants à l’AFAS Stadion) qui ont pris part au dernier Clasico avec un stade rempli. Un manque d’expérience qui pourrait pénaliser les Anderlechtois ? « On ne peut pas dire que, si le RSCA est battu, ce ne sera qu’à cause de cela. Mais c’est clair que ce manque d’expérience pourrait jouer », réagit Daniel Renders, qui sait très bien de quoi il parle puisqu’il a connu de nombreux Clasicos lorsqu’il était entraîneur adjoint au RSCA, entre 2002 et 2015. « Il faut avoir les nerfs très solides. Rien qu’à l’échauffement, tu es déjà sous pression. Pour gérer cela, il faut un gros ‘self-control’. Il faut des garçons qui ont l’habitude de cela. À l’époque, Anderlecht était jalousé par toute la Belgique. Quand tu allais au Standard qui n’avait plus été champion depuis très longtemps, tu sentais cette haine envers le Sporting. Les Rouches ont un public incroyable qui conteste tout, que ce soit les actions des joueurs d’en face ou les décisions de l’arbitre. Il faut savoir se contrôler quand des milliers de personnes se mettent à te huer. Car cela te donne vraiment la chair de poule. »

Comme parfait exemple, Daniel Renders prend le fameux test-match retour entre les Liégeois et les Bruxellois qui avait décidé du titre en 2009 et qui se disputait au Standard. « Je me souviens qu’on n’avait même pas pu s’échauffer sur le terrain principal car on nous insultait, on nous jetait de la bière. Et au final, tu restes toujours un être humain, doté d’émotions. Tu ne sais pas rester indifférent face à cela. Il faut vraiment être très fort dans la tête pour passer au-dessus de cela. »

« Kompany est au-dessus de ça »

Mais Anderlecht a un atout non négligeable dans sa besace : son entraîneur Vincent Kompany. « Le point fort, c’est que le T1 est au-dessus de cela. Dans sa carrière, il a joué dans les plus grands stades du monde, devant 80.000 à 100.000 personnes. Il va savoir rassurer ses joueurs et leur parler de ces ambiances si particulières. C’est un atout qu’il soit là car, si en plus des joueurs, le coach lui non plus n’avait pas cette expérience… »

Au niveau purement sportif, le RSCA pourra compter sur toutes ses forces vives, à l’exception de Verbruggen et Delcroix, toujours blessés. Une victoire des Mauves leur permettrait de revenir à égalité de points avec le Standard. Et ce, avec un match joué en moins. Une rencontre en retard que le RSCA disputera ce jeudi face à La Gantoise. Un sacré programme en perspective !

Notre sélection vidéo