Abonnez-vous pour 1€

Vincent Kompany après le Clasico Standard-Anderlecht: «On ne doit pas bouder notre plaisir»

Vidéo
@Belga
@Belga

Vincent Kompany s’est assis sur la manière, dimanche, à l’heure d’analyser la victoire dans le Clasico. Le coach anderlechtois s’est montré particulièrement pragmatique.

Vincent, quel message avez-vous fait passer à vos joueurs au coup de sifflet final ?

Je leur ai dit de savourer et de fêter cette victoire avec les supporters. Ils doivent profiter de tels moments de joie. Quelles que soient les circonstances, une victoire dans un Clasico, surtout à Sclessin, n’est jamais banale.

On ne vous a quand même pas vu exulter à la fin du match…

J’avais probablement déjà en tête notre prochain match, jeudi, contre Gand.

N’avez-vous pas douté, en seconde période, devant le pauvre spectacle proposé par vos joueurs, pourtant en supériorité numérique ?

À part sur quelques phases arrêtées et lors du rush final du Standard, nous n’avons pratiquement pas concédé d’occasions franches. On aurait dû être plus efficaces en zone de conclusion et en contre-attaque mais, dans l’ensemble, on a bien géré le match.

Mais le 0-2 n’est jamais arrivé et, même à 11 contre 9, vous n’étiez pas sereins dans les dernières minutes. Vos joueurs cadres ont été les premiers à faire leur autocritique à l’heure de l’analyse…

Les supporters ont peut-être longtemps attendu le 0-2 mais ils voulaient surtout la victoire et ils l’ont eue. Je n’ai pas vraiment été inquiet car ce n’était pas un match ouvert. Qui suis-je pour me plaindre ? On aurait pu faire un match parfait et perdre ! Nous sommes très contents avec ce résultat. Pourquoi devrions-nous bouder notre plaisir ? Nous avons quand même gagné au Standard, ne l’oublions pas !

Vous voilà à un point de la troisième place avec un match de moins et à une unité du leader brugeois si vous remportez votre match d’alignement jeudi contre Gand. Anderlecht est-il définitivement lancé ?

On est toujours lancé jusqu’au prochain match quand on gagne. Donc, on peut dire qu’on l’est… jusqu’à jeudi. En tout cas, on est plus loin que l’an passé mais on garde la même marge de progression ! Nous serons encore meilleurs dans quelques mois. Ce dimanche, j’avais un problème de luxe et j’ai choisi Verschaeren, très convaincant, à la place de Raman. Kouamé, l’un des attaquants les plus complets de notre championnat, a également répondu présent.

Foot amateur et chez les jeunes