Abonnez-vous pour 1€

Affaire Dutroux, Lhermitte, les tueries du Brabant,...Quand le cinéma belge s’inspire des faits divers!

Affaire Dutroux, Lhermitte, les tueries du Brabant,...Quand le cinéma belge s’inspire des faits divers!
Belga

Avec un nom aussi chargé que celui de Marc Dutroux, l’annonce du pitch du nouveau film de Fabrice Du Welz a vite fait le tour de la toile. Un nom explosif, marqué d’horreur et de douleur, qui n’aurait pas grand-chose à faire sur le grand écran à en croire certaines réactions scandalisées.

Il ne faut pourtant pas remonter bien loin pour trouver d’autres exemples de fictions belges inspirées de faits divers. Des films parfois redoutés, mais souvent appréciés.

« À perdre la raison » de Joachim Lafosse (2012). Cinq ans à peine après l’affaire Geneviève Lhermitte, Joachim Lafosse annonce l’écriture d’un film s’en inspirant, et récolte quelques menaces au passage. Il faudra attendre la présentation du film à Cannes pour calmer les foules, soudain rassurées par son approche et par l’interprétation délicate d’Emilie Dequenne. Plutôt que d’appuyer sur le caractère sensationnaliste de l’infanticide, c’est le subtil portrait psychologique d’une femme poussée à bout qui émerge. Avec plusieurs prix à la clef, à Cannes comme aux Magritte.

>> L’affaire Sadia Seikh, les tueries du Brabant, l’affaire Wesphael  : autant de faits divers qui ont inspiré le cinéma belge.

>> Des œuvres très différentes, mais réunies par une envie commune de comprendre l’impensable...

Notre sélection vidéo