Abonnez-vous pour 1€

Cinq policiers blessés après une violente agression lors d’un contrôle: Karim justifie son comportement par une histoire de chagrin d’amour!

Vidéos
Capture vidéo.
Capture vidéo. - D.R.

Le parquet de Bruxelles a requis ce mardi un juge d’instruction avec demande de placement sous mandat d’arrêt pour l’homme de 40 ans qui a envoyé à l’hôpital trois policiers du service trafic de la police de Bruxelles Ouest ce lundi à la suite du contrôle de son véhicule stationné sur une piste cyclable de la chaussée de Gand, à Molenbeek.

« Le juge d’instruction a été requis pour enquêter sur des faits de coups et blessures volontaires avec incapacité de travail envers des agents de police, rébellion sans arme, et menaces par gestes ou emblèmes d’un attentat contre les personnes punissables d’une peine criminelle », a indiqué Sarah Durant, porte-parole du parquet de Bruxelles, tout en précisant que « le juge d’instruction disposait d’un délai de 48 h à partir de la privation de liberté pour prendre une décision concernant le suspect ».

On apprend ce mercredi matin que Karim, défendu par Me Yannick De VLaemynck, a finalement été placé par le juge d’instruction sous surveillance électronique.

Il a fait du MMA

L’intéressé, qui risque d’écoper après procès de plusieurs mois à plusieurs années de prison, sera présenté ce mercredi matin au juge d’instruction qui décidera de son sort judiciaire provisoire. Selon nos informations, il se prénomme Karim et était déjà défavorablement connu de nos autorités. Originaire des Pays-Bas, il vit chez sa maman depuis des années à Molenbeek. Il a pratiqué le MMA (Mixed Martial Arts) et exercerait aujourd’hui la profession de camionneur. Il justifierait son déchaînement de violence à l’encontre de la police par une histoire qui a trait à un gros chagrin de cœur ! Ceux qui le connaissent le décrivent comme un « gentil garçon » qui « n’a plus fait de bêtise depuis longtemps déjà » !

Pour rappel, le quadragénaire a mis KO en un éclair trois policiers et en a blessé deux autres qui sont intervenus en renfort pour le prendre en chasse. Tous sont actuellement en incapacité de travail. Les blessures de ses trois premières victimes sont les suivantes : « La policière est tombée la tête la première sur la bordure du trottoir. Elle a perdu connaissance et convulsé sur place. Elle souffre d’une commotion cérébrale. Le motard a été blessé aux ligaments du genou. Le binôme de la policière a quant à lui été blessé à la main », a détaillé une source policière.

Lors de son contrôle, il était apparu que les documents de son véhicule n’étaient pas en règle. Il avait alors refusé de coopérer et s’était muni d’un cric avec lequel il aurait tapé sur son propre véhicule. Le motard de la police qui procédait initialement à son contrôle avait alors demandé l’aide d’autres équipes. Quand les renforts étaient arrivés, celui qui était déjà très agressif avait donné plusieurs coups de pied aux policiers et avait tenté de prendre la fuite avant d’être interpellé par la brigade anti-banditisme.