Abonnez-vous pour 1€

Des utilisateurs de l’IPTV découvrent un message de la police à la place de leurs chaînes de télévision…

Des utilisateurs de l’IPTV découvrent un message de la police à la place de leurs chaînes de télévision…
DR & 123 RF

L’IPTV (Internet Protocol Television) est un service qui a le vent en poupe, notamment en Belgique. Un service qui est cependant illégal, et tous les intervenants de la chaîne risquent des poursuites. Y compris le client qui ne se doute pas toujours de ce qui l’attend s’il est surpris en train de regarder du contenu piraté.

▶ Me Maud Cock nous explique ICI ce que risquent les diffuseurs… et les utilisateurs : « Une amende qui peut monter jusqu’à 600.000 euros »

▶ Ce qui se cache derrière ce service n’est pas rose, loin de là…

Au Royaume-Uni, la police a d’ailleurs mené une vaste opération contre le service illégal de streaming et a fermé plusieurs canaux. Et mauvaise surprise pour ceux qui avaient opté pour ce service, proposant notamment des films payants de Sky TV, Netflix ou encore Prime Video à un prix plus avantageux que l’ensemble des abonnements à ces services, puisque leur accès a été révoqué.

À la place des chaînes qu’ils avaient l’habitude de regarder se trouve désormais un avertissement de la police indiquant que toute personne ayant accédé au contenu le faisait illégalement. Le Mirror estime que, au Royaume-Uni, des centaines de milliers de personnes ont utilisé le service Pirate IPTV.

L’opération, menée par la police et la FACT (la principale organisation britannique de protection de la propriété intellectuelle) a permis de fermer un gros fournisseur de piratage. Deux hommes et une femme ont d’ailleurs été arrêtés pour « suspicion de violation du droit d’auteur, de fraude et de complot en vue de commettre une fraude ».

Le PDG de la FACT en a profité pour rappeler que les utilisateurs de ce genre de service s’exposaient à des risques. « Les utilisateurs et les abonnés de services illégaux doivent savoir que non seulement ils commettent eux-mêmes une infraction, mais qu’ils s’exposent également à des risques tels que l’usurpation d’identité, l’exposition à des logiciels malveillants et des virus. S’engager dans le piratage de quelque manière que ce soit ne vaut tout simplement pas le risque. »