Abonnez-vous pour 1€

52 mesures du fédéral pour favoriser l’usage du vélo: le dispositif approuvé par le Conseil des ministres, à l’initiative du ministre Gilkinet

Georges Gilkinet.
Georges Gilkinet. - PNews

Dans son accord de formation, le gouvernement s’est fixé comme objectif de réaliser un transfert modal ambitieux. La mobilité active et le vélo en particulier jouent un rôle central dans cette démarche. Ce vendredi, le Conseil des ministres a approuvé un ambitieux Plan d’action pour la promotion du vélo : BE CYCLIST. Les différents ministres et secrétaires d’État proposent des actions concrètes pour la promotion du vélo. BE CYCLIST est coordonné par le Vice-premier ministre et ministre de la Mobilité, Georges Gilkinet.

« Si de plus en plus de personnes font du vélo, c’est tout d’abord bon pour notre économie, car le coût des embouteillages est très élevé et qu’il s’agit d’un secteur économique qui n’est pas à négliger. Le vélo est également positif pour la santé physique et le bien-être mental : le vélo rend heureux et constitue une véritable liberté. Et, bien sûr, le vélo a un impact positif sur notre climat, comme alternative aux moyens de transport utilisant les énergies fossiles. Je me réjouis donc de l’ambitieux plan BE CYCLIST dans lequel tous mes collègues ministres et secrétaires d’État se mobilisent », se réjouit le ministre Gilkinet.

Au total, 52 mesures ont été rassemblées et structurées pour constituer un plan 2021-2024. Ce plan sera évalué une fois par an, en septembre. À cette occasion, de nouvelles mesures pourront y être incluses. Un rapport d’évaluation final accompagnera la dernière évaluation en 2023. L’objectif est de stimuler les déplacements au quotidien à vélo, considéré comme un mode de déplacement valable et fonctionnel.

Le plan repose sur trois axes : faciliter son accès pratique, rendre la route plus sûre et faire en sorte que l’option vélo soit évidente et normale.

Pour le premier axe, citons quelques mesures qui seront mises en application : étudier la création d’un registre central des vélos pour intensifier la lutte contre le vol, revoir le Code de la route, prévoir un leasing vélo via un salaire flexible au sein de la fonction publique et étudier une optimisation de l’indemnité vélo pour les trajets domicile-lieu de travail en Belgique.

Pour ce qui est l’axe infrastructure destiné à offrir plus de sécurité ou de confort, notons l’amélioration de la combinaison vélo & train par la SNCB, la mise en place d’actions concernant les comportements de conduite et de stationnement des opérateurs de colis et une meilleure intégration de la dimension vélo dans les bâtiments gérés par la Régie des Bâtiments. Il est aussi question de faciliter l’aménagement de cycloroutes le long des rails.

Le troisième est dernier axe prévoit notamment de stimuler et de faciliter l’utilisation de vélo de service à la police, de rendre les livraisons de colis plus durables et d’encourager les déplacements professionnels à vélo au sein de la Fonction publique.

« La mobilisation et l’imagination des membres du Gouvernement fédéral et des représentants de leur administration s’ajoutent aux initiatives nombreuses déjà prises par les Régions pour promouvoir le vélo comme moyen de déplacement. La période du Covid a été aussi l’occasion pour de nombreux Belges de découvrir ou de redécouvrir l’utilité et l’intérêt de ce mode de déplacement. Leur nombre a augmenté de 64 % entre 2019 et 2020. Il est important de compléter cette dynamique naturelle par un soutien accru des pouvoirs publics aux cyclistes quotidiens comme occasionnels, parce qu’elle est positive à tout niveau. Vive le vélo ! », conclut le ministre de la Mobilité, Georges Gilkinet.

Notre sélection vidéo