L’Horeca manifestera ce jeudi 30 septembre à Namur contre le Covid Safe Ticket: «Nous nous battons pour nos clients»

Maxence Van Crombrugge part  en guerre contre le CST.
Maxence Van Crombrugge part en guerre contre le CST. - D.R.

Restaurateur et membre du collectif « Wallonie Horeca », qui rassemble près de 12.000 membres sur Facebook, Maxence Van Crombrugge n’est pas favorable à l’instauration du « Covid Safe Ticket » en Wallonie.

Il a donc lancé sur Facebook l’organisation d’une manifestation devant le parlement wallon, le jeudi 30 septembre. Le but ? Interpeller les députés wallons et les sensibiliser à la cause des patrons d’établissement Horeca afin de les faire changer d’avis avant qu’ils ne votent, le jour même, le projet du gouvernement wallon.

« Nous voulons faire savoir notre opposition à ce choix politique, calmement et dans le respect », précise le restaurateur, originaire de Genappe et patrons de divers établissements. « Je vais écrire un mail aux députés ce dimanche afin de leur expliquer notre point de vue ».

« Une alternative acceptable serait l’imposition de gestes barrières et le respect de la distanciation sociale. Pour ceux qui voudraient utiliser le pass sanitaire, on pourrait prévoir une dérogation. Imposer le CST (Covid Safe Ticket) n’est ni éthique, ni efficace, ni économiquement favorable et n’est que le reflet du doute quant à l’efficacité de la campagne vaccinale », estime-t-il.

Pour le restaurateur, la situation est bien différente du contexte de la première année de la crise sanitaire. « Ici, les restaurateurs ne se battent pas pour leurs indemnités. Nous nous battons pour nos clients, afin que personne ne soit mis sur le côté. Le gouvernement a décidé d’une règle guillotine pour tout le monde, mais ce qu’il oublie, c’est que les restaurateurs ont des clients qui deviennent aussi des amis. Ce serait inhumain et peu respectueux de laisser dehors et dans le froid des personnes, simplement parce qu’elles n’ont pas le pass sanitaire ».

Il préconise cette mesure transitoire de mi-octobre à fin décembre. « Et chaque restaurateur serait tenu d’afficher au-devant de son établissement s’il privilégie les gestes barrières ou le « Covid Safe Ticket ». Le client choisira en son âme et conscience selon ses convictions. Nous voulons une approche libérale et pas totalitaire ».

Notre sélection vidéo