Abonnez-vous pour 1€

«Wallons et Bruxellois doivent définir ce qu’ils veulent encore faire ensemble», affirme Pierre-Yves Jeholet

«Wallons et Bruxellois doivent définir ce qu’ils veulent encore faire ensemble», affirme Pierre-Yves Jeholet
Isopix

Le mandataire MR qui, par le passé, a plaidé la suppression de la Fédération, dit toutefois souhaiter que Wallons et Bruxellois continuent de partager des projets ensemble. « Je souhaite un lien très fort entre la Wallonie et Bruxelles », a-t-il assuré sur le plateau de L’Invité (RTL-TVi), sans préciser la forme de ce lien.

Pierre-Yves Jeholet met l’accent sur l’efficacité des politiques menées, dans des compétences dont l’importance, dit-il, a encore été démontrée par la crise du Covid (école, petite enfance, culture, santé, jeunesse, etc.)

Mais « si c’est simplement pour labelliser ces compétences-là avec un petit coq wallon, en disant qu’elles sont régionalisées, alors ça fera juste plaisir à certains régionalistes wallons, dont j’étais », a commenté M. Jeholet. « Le fait régional, je le défends toujours », a-t-il assuré en rappelant que les réformes de l’État ont décentralisé une série de compétences. « On a peut-être été trop loin », mais « ce sera difficile de revenir en arrière ».

La plupart des partis politiques sont d’avis que les institutions de l’espace politique francophone doivent être clarifiées d’ici 2024. L’appel de M. Jeholet intervient quelques jours après la confirmation, par le gouvernement francophone bruxellois (« Cocof », PS-Ecolo-DéFI), de la désignation d’Olivier Maingain (DéFI) au poste de délégué aux relations francophones Bruxelles-Wallonie, chargé d’établir un état des lieux des attentes de la société civile quant aux relations privilégiées entre les deux entités. Une fonction contestée par M. Jeholet, pour qui les ministres-présidents et les parlements sont là pour ça.