Violentes intempéries de juillet: l’aide fédérale à la Wallonie accueillie avec prudence à la Chambre

Vanessa Matz
Vanessa Matz - Belga image

Jeudi à la Chambre, Ecolo-Groen a ainsi fait part de certaines réserves. « Mettre en place un mécanisme exceptionnel ne suffit pas », a lancé la Theutoise Julie Chanson, appelant à « un peu plus de courage politique. » Chanelle Bonaventure (PS), a salué le prêt, estimant que « l’appel a été entendu. » « Mais il faut aller plus loin. La mise en place d’un fonds fédéral doit être une priorité », a déclaré la Disonnaise.

Le Premier ministre Alexander De Croo a en effet annoncé jeudi matin en conférence de presse avoir proposé aux ministres-présidents de mettre en place, à l’avenir, un mécanisme de solidarité permanent en cas de catastrophe naturelle, à l’instar de celui en vigueur en Allemagne.

François De Smet (DéFI) a appuyé l’idée, estimant toutefois que le gouvernement fédéral avait manqué de créativité dans ce dossier. « Ceci est-il un État fédéral ou une gigantesque banque ? », s’est-il interrogé. « Cyniquement, vous accordez un prêt à taux fixe. Encore heureux que ce ne soit pas un taux variable… », a-t-il ironisé.

Vanessa Matz (cdH) s’est, elle, dite, « lassée des effets d’annonce par les membres de votre gouvernement », parlant même d’« aumône ». « Les sinistrés, les bénévoles sur place et les pouvoirs locaux se fichent de savoir si c’est x ou y qui va donner », a lancé l’élue originaire d’Aywaille.

Le gouvernement fédéral mettra à disposition de la Région wallonne un prêt de 1,2 milliard d’euros, ont confirmé jeudi matin Alexander De Croo et le ministre-président wallon Elio Di Rupo en conférence de presse. Le « kern » fédéral était parvenu à un accord mercredi. Ce prêt sera accordé à un taux d’intérêt « conforme à celui du marché ». Il sera d’une durée de quinze ans, sans remboursement pendant les cinq premières années.