Mort de Bernard Tapie: ce dernier souhait important que l’homme d’affaires n’a pas pu réaliser… à trois jours près

Mort de Bernard Tapie: ce dernier souhait important que l’homme d’affaires n’a pas pu réaliser… à trois jours près

Bernard Tapie, un temps érigé en symbole de la réussite sociale avant d’être rattrapé par les ennuis judiciaires, est mort dimanche à 78 ans d’un cancer de l’estomac dont il souffrait depuis plusieurs années, a annoncé sa famille par l’intermédiaire du groupe de presse français La Provence.

« Dominique Tapie et ses enfants ont l’infinie douleur de faire part du décès de son mari et de leur père, Bernard Tapie, ce dimanche 3 octobre à 8h40, des suites d’un cancer », précise le communiqué envoyé à la Provence, dont il était l’actionnaire majoritaire.

Quelques heures avant que le décès de l’homme d’affaires soit annoncé, Marc-Olivier Fogiel, directeur général de BFM TV, avait été prévenu par Stéphane, le fils de Bernard, que la fin approchait. « Ce matin, je pense à Dominique, à Stéphane, à Laurent, à Sophie, qui ont été là jusqu’au bout de la nuit. Stéphane m’a envoyé un petit texto cette nuit pour me dire : ’Voilà, tiens-toi prêt, il est 1h15 du matin, il est en train de glisser dans le coma.’ Et puis ce matin, à 8h40, il est parti », a révélé Marc-Olivier Flogiel avant d’ajouter que Bernard Tapie avait un dernier souhait. « Il avait en ligne de mire le 6 octobre, c’est la semaine prochaine. Pourquoi ? Parce qu’il y a une décision de justice le 6 octobre. Et il avait demandé à ses médecins de tenir jusqu’au 6 octobre. Il savait qu’il n’irait pas au-delà. Il savait depuis la rentrée, que chaque jour qui passe était un jour gagné, mais un jour gagné pour le 6 octobre. Il voulait être là à ce moment-là pour des raisons qui lui sont propres », explique le directeur de la chaîne.

Marc-Olivier Flogiel a également évoqué la mort de Jean-Paul Belmondo, qui a terriblement marqué Bernard Tapie. « Bernard voulait d’abord aller aux Invalides. Cela n’a pas été possible pour les raisons que l’on imagine, mais il voulait lui rendre hommage sur BFM TV. On avait calé une interview qu’il n’a pas pu faire au dernier moment parce que son état s’était encore dégradé. Pourquoi voulait-il rendre hommage à Jean-Paul Belmondo ? Il disait : ‘En fait, lui et moi, on est pareil. On n’aime pas le monde dans lequel on est aujourd’hui. Nous, on est de l’ancien monde, un monde plus beau, un monde différent, on va partir au même moment pour faire un électrochoc. Pour que finalement, peut-être, on vous dise et l’un et l’autre : Regardez le monde dans lequel vous êtes, ce n’est pas le monde dans lequel on a aimé être, ressaisissez-vous’. C’était le message qu’il voulait faire passer sur BFM TV. Il n’a pas eu l’occasion de le faire et il m’a demandé de le faire à sa place », confie encore Marc-Olivier Flogiel.

Notre sélection vidéo