Abonnez-vous pour 1€

Claire était épuisée en raison des nuits agitées de son fils de 4 ans: elle a finalement trouvé la solution… grâce à un melon acheté chez ALDI

Claire était épuisée en raison des nuits agitées de son fils de 4 ans: elle a finalement trouvé la solution… grâce à un melon acheté chez ALDI

Bon nombre de parents, pour ne pas dire la majorité, connaissent la sensation de se réveiller après que leur enfant ait passé une nuit agitée. Claire, 31 ans et originaire d’Écosse, sait de quoi nous parlons. La mère de famille était obligée de « vivre de la caféine » pour tenir une journée sans s’endormir. Durant deux longs mois, son fils Jamie, 4 ans, n’a dormi que deux heures par nuit. Une solution a néanmoins été trouvée pour soigner ces longues nuits blanches.

Comme le rapporte The Mirror, c’est chez ALDI que la maman a trouvé ce qu’il manquait à son garçon pour dormir : un melon ! Jamie utilisait le fruit comme un « doudou » et le câlinait afin de rejoindre Morphée. Il lui a même trouvé un surnom, « Mel le melon ». Mais toutes les bonnes choses ont une fin. Après cinq jours, Claire a dû jeter le fruit. Mais cela n’a rien changé au sommeil de son enfant. Désormais, le petit Jamie s’endort paisiblement.

La mère de 31 ans s’exprime auprès de nos confrères britanniques : « Je suis passée de deux heures de sommeil par nuit à une nuit complète. C’est un melon magique à mes yeux. Ce sont les meilleurs sous que j’ai jamais dépensés ».

Claire se remémore qu’« un jour, il a ramassé un melon au supermarché, puis il l’a eu sur la banquette arrière avec lui et quand nous sommes rentrés à la maison, il s’est promené avec. Il a dit qu’il allait se coucher avec le melon et en tant que maman, vous savez quand choisir vos batailles et j’étais trop fatiguée pour me battre contre celle-là. Quand je suis entrée pour vérifier qu’il allait bien, Jamie était profondément endormi avec le melon. J’étais tellement choquée, et j’avais en fait peur de le déplacer au cas où il se réveillerait et qu’il n’était pas là. C’était comme un moment « eurêka » ».