À Gosselies, Maria a été agressée alors qu’elle déposait sa fille à l’école: «Il m’a suivie jusque dans la boulangerie, je tremblais»

À Gosselies, Maria a été agressée alors qu’elle déposait sa fille à l’école: «Il m’a suivie jusque dans la boulangerie, je tremblais»
Belga Image

Ce matin-là, Maria a eu la peur de sa vie  : « Je venais de conduire ma fille à l’école quand cet homme m’a interpellée de façon agressive tout en s’approchant de moi. J’ai accéléré le pas mais il m’invectivait. Je tremblais de peur et je me suis réfugiée dans une boulangerie tout en téléphonant à la police. L’homme est entré derrière moi. Il m’a lancé une table et des chaises. Le boulanger s’est interposé de même qu’une cliente. Elle a pris un coup de poing dans la figure. Lui, il a également reçu plusieurs coups de poing. Ensuite, l’homme s’est emparé d’un panneau publicitaire pour frapper le boulanger ».

Des propos racistes

La clémence

Côté défense, Me Pierre-Alexandre Napoli a demandé la clémence du tribunal, histoire de ne pas aggraver le sort judiciaire d’Aboubacri : « Il était alcoolisé. Il a entendu ou cru entendre des propos racistes, ce qui l’a incité à suivre cette dame pour lui demander des explications. D’ailleurs, en entrant dans la boulangerie, il lui a lancé « Je vais te tuer, sale raciste » et il a, depuis, exprimé ses regrets à plus d’une reprise. »

Le jugement sera rendu le 21 octobre

Notre sélection vidéo