Denise Richards, l’ancienne James Bond Girl, est-elle une «mère abusive»?

Denise Richards, l’ancienne James Bond Girl, est-elle une «mère abusive»?
Isopix

La période nous rapproche plus de Halloween que de la Saint-Valentin, mais ça tombe bien, « Mortelle Saint-Valentin » est un slasher bien sanglant qui ne laisse pas trop de place au romantisme, malgré la présence de Denise Richards au casting. À pile 50 ans, l’ancienne James Bond girl n’occupe plus depuis longtemps le haut de l’affiche. Elle n’a jamais cessé de tourner, même beaucoup, au cinéma comme à la télévision, mais trop rarement dans des œuvres lui permettant de briller.

Son dernier rebond le plus marquant est quand elle a rejoint, en 2019, la série « Amour, gloire et beauté ». Après 2001 et le tournage de « Mortelle Saint-Valentin », alors qu’elle surfait encore sur la vague des succès « Sex Crime » et, surtout, le James Bond « Le monde ne suffit pas », Denise a vu sa carrière rattrapée par sa vie privée, et l’a payé cher. À l’annonce de son mariage avec Charlie Sheen, en 2002, a succédé un divorce très médiatique. La vie dissolue de l’acteur, « dépendant aux prostituées », a terni même l’image de sa femme.

Aujourd’hui, Denise est remariée à un autre acteur, Aaron Phypers, et consacre beaucoup de temps à sa vie de famille, pas toujours simple. Il y a sa cadette, Eloïse, que le couple a adoptée en 2011, qui est atteinte de la trisomie 21 et demande beaucoup de soins. Puis il y a les deux grandes, Sam et Lola, nées de son mariage avec Charlie Sheen, qui sont en pleine adolescence, avec tous les aléas que ça peut comporter… Sam, 17 ans, surtout, est rebelle. Elle a carrément écrit sur TikTok vivre dans « un foyer abusif » et se sentir « piégée dans la maison de l’enfer », avant de choisir de partir s’installer chez son papa !

Pour un proche de l’actrice, Denise Richards a juste « fixé des règles normales, comme n’importe quel parent. C’est une mère. Il y a des règles. » Sauf que, visiblement, Charlie, lui, est plus cool en matière d’éducation. Sam vient d’ailleurs de poster un message enthousiaste où elle se félicite d’être enfin revenue chez son père, où elle peut être en plein « réveil spirituel », mais aussi avoir deux chats. Et elle termine en se réjouissant d’avoir pu enfin… abandonner le lycée ! Non, on n’est pas toujours sérieux quand on a 17 ans…

« Mortelle Saint-Valentin », 15 octobre, 22h10, Tipik.