Abonnez-vous pour 1€

Will Still explique pourquoi il n’a pas choisi de rejoindre Anderlecht: «Le Standard représente plus pour moi à l’heure actuelle»

Will Still explique pourquoi il n’a pas choisi de rejoindre Anderlecht: «Le Standard représente plus pour moi à l’heure actuelle»
Belga

Ce n’est pas commun que lors de la présentation d’un entraîneur, son adjoint soit lui aussi mis en avant. Mais l’arrivée de Will Still, devenu en quelques mois une personne respectée pour son travail en Belgique, ne pouvait pas être minimisée par la direction du Standard. «Nous avions déjà pris contact avec lui il y a quelques mois», révèle Alexandre Grosjean, qui a insisté sur le parcours brillant du nouveau T2 liégeois ces cinq dernières années. Il y a un peu moins de cinq ans, Will Still faisait partie du staff de Yannick Ferrera en tant que vidéo analyste. C’est en manipulant parfaitement les chiffres et les algorithmes que le Brabançon s’est fait un nom, jonglant plusieurs avec ces deux fonctions qu’il affectionne au Lierse puis au Beerschot, où il remplacera même Hernan Losada au poste de T1 en début d’année. Celui du Standard lui était-il accessible? Non. «Je n’ai pas vraiment de plan de carrière mais il est clair que je ne voulais pas griller d’étape. C’est important pour mon développement personne, sportif mais aussi humain. «Je suis reconnaissant et heureux d’être de retour, j’ai hâte de commencer», a expliqué Will Still qui, de par son économie des mots, a rapidement fait comprendre que ce qui l’intéressait le plus, c’est le football et rien d’autre. «Pour remettre le Standard là où il doit être.» Pas besoin de plus de précisions.

Si le rôle d’un entraîneur adjoint peut parfois être flou aux yeux du grand public, Luka Elsner pourra certainement profiter d’un garçon qui, malgré son jeune âge (28 ans), suscitait les convoitises en Belgique. «La vérité, c’est que le Standard représentait un peu plus pour moi», explique Will Still, interrogé sur les bruits de couloirs l’envoyant à Anderlecht ces dernières semaines. «L’opportunité de travailler avec Luka Elsner m’était préférable. J’ai effectivement eu des contacts avec Anderlecht. J’ai discuté avec Vincent Kompany mais au bout du compte, j’avais toujours ce sentiment d’un travail inachevé au Standard, quand je suis partie il y a cinq ans. J’avais envie d’aider ce club et en ce sens, le choix a été simple.»

Et puis, si l’expatriation rémoise n’a rien d’effrayant à première vue, Will Still n’avait pas forcément envie de rester en Ligue 1, où il avait atterri en début de saison pour y retrouver Wout Faes et Thomas Foket. «J’ai pu découvrir une autre façon de travailler à Reims. Je n’ai que 28 ans et je sais que j’ai encore un petit bout de chemin devant moi, mais cette expérience va évidemment m’aider. Sur le plan personnel, la Belgique et le Standard, c’est chez moi et c’est aussi pour cela que j’avais envie de rentrer.»

Foot amateur et chez les jeunes

► Tous nos articles STANDARD pour 1€ !


Notre sélection vidéo