Abonnez-vous pour 1€

215.000 voitures wallonnes et 38.000 bruxelloises bannies de Bruxelles dès le 1er janvier!

La zone de basses émissions est annoncée par ce panneau.
La zone de basses émissions est annoncée par ce panneau. - Belga

Ce 1er septembre, le parc belge comptait 5.853.568 voitures, selon les statistiques de la Fédération de l’industrie automobile (Fébiac). Parmi celles-ci, il y avait 604.438 diesels avec la norme de pollution Euro4, soit 10,3 % du total.

Si vous en possédez une, faites une dernière virée à la capitale. Ce 1er janvier 2022, la Région bruxelloise bannit ces véhicules de son territoire classé en zone basses émissions. La mesure concerne 215.664 voitures en Wallonie, 350.705 en Flandre et 38.069 à Bruxelles. Moyennant finances, il sera cependant possible d’obtenir une dérogation à l’interdiction.

Un pass à 35 euros par jour pour pouvoir rouler  !

« Autant la zone de basses émissions était cohérente pour sortir les Euro1 et les Euro2, autant on va toucher avec l’interdiction des Euro 4 des véhicules moins nocifs pour l’environnement. Je comprends la désolation des propriétaires », dit Christophe Dubon, porte-parole de la Fébiac. La catégorie Euro4 concerne les voitures neuves immatriculées entre janvier 2006 et décembre 2010. En 2020, l’âge moyen d’une voiture était de 9 ans et deux mois. Cette moyenne est tirée vers le bas par les véhicules de société – près d’une immatriculation sur cinq de l’ensemble de parc – qui sont souvent changés tous les quatre ans. En clair, l’âge moyen pour une voiture de particulier est plus élevé.

Mais Touring pousse plus loin le raisonnement  : « Ce n’est pas très écologique », estime Lorenzo Stefani, porte-parole. Voici pourquoi.

« Nous demandons aux autorités bruxelloises de réfléchir à des solutions, face à ces 600.000 véhicules qui ne pourront plus rouler à Bruxelles d’ici deux mois et demi. À circonstances exceptionnelles, il faut des mesures exceptionnelles »

Dossier complet à lire ICI.

Zones de basses émissions: Namur et Eupen y ont renoncé