Des journées de travail plus longues, la perte de toute compensation...: voici les pièges du temps plein en 4 jours, selon le syndicat libéral

Des journées de travail plus longues, la perte de toute compensation...: voici les pièges du temps plein en 4 jours, selon le syndicat libéral
V.R.

Ce nouveau régime de travail (compresser ses 38 heures de travail sur 4 jours au lieu de 5), mis sur la table du conclave budgétaire par les libéraux flamands de l’Open VLD sous le chapitre « équilibre entre vie privée et vie professionnelle », n’est pas encore adopté. Et le gouvernement devra de toute façon demander au préalable l’avis du Conseil national du travail, et donc des partenaires sociaux. Pour être précis, l’Open VLD veut permettre de passer à des journées de 10 heures maximum, ce qui permettrait au travailleur qui le souhaite de faire sa semaine en 4 jours.

Côté syndical, la CGSLB se prononce contre. « La loi actuelle ouvre déjà des possibilités, on ne voit pas ce que ce régime apporterait. Nous craignons que les patrons et les travailleurs ne s’y engouffrent, sans se rendre compte des inconvénients », alerte Didier Seghin, porte-parole du syndicat libéral.

►► La perte de compensation, travailler de longues journées : voici les cinq pièges.

Notre sélection vidéo