Abonnez-vous pour 1€

Le pouvoir du «non»: pourquoi le consentement est important (vidéo)

Le droit de dire «non».
Le droit de dire «non». - PhN.

C’est un mot très important, surtout quand on donne son accord sur une question qui nous touche dans notre intimité. Ça peut être le droit de nous photographier et d’utiliser notre image. Ça peut aussi vouloir dire « oui » ou « non » pour avoir des relations sexuelles. Précisons-le tout de suite : ne pas répondre, ou hésiter ne veut pas dire oui.

Ce principe fondamental permet donc de définir si une relation sexuelle a été forcée, et s’il s’agit d’un viol. Pourtant, en Belgique, le consentement n’est pas encore au centre de la loi. Jusqu’à présent, pour définir s’il y a viol, on s’interroge si la victime s’est débattue ou a exprimé son refus. Si elle a dit « non », donc. Mais que faire si la victime est paralysée par le stress ou qu’elle est endormie ? Elle n’a pas su dire « non » ni se débattre, mais elle n’a pas dit « oui » non plus. Bientôt, ce problème va être résolu. Car la loi va bientôt changer. Le ministre de la justice, Vincent Van Quickenborne, a proposé une modification de la loi. Si sa proposition est acceptée, il ne faudra plus donner des preuves que la victime s’est débattue. A la place, on s’intéressera au consentement, qui permet plus de nuance.

A tout moment, on peut changer d’avis

Le consentement peut être retiré à tout moment. C’est comme quand quelqu’un nous propose un cookie. Avant le repas, on accepte le cookie volontiers. Mais après avoir mangé, si on n’a plus faim, on a tout à fait le droit de ne plus avoir envie du cookie, et personne ne doit nous forcer à le manger. On peut aussi avoir croqué une fois dans le biscuit mais ne pas vouloir le terminer.

Le consentement chez les enfants

Si tu as moins de 16 ans, un adulte de plus de 18 ans ne peut pas te demander ton consentement. Pas parce que tu n’as pas droit au consentement, mais parce qu’un adulte ne peut pas avoir de relations intimes avec un mineur. Toute relation sexuelle entre une personne de moins de 16 ans et un adulte est considérée comme un viol. L’adulte risque entre 20 et 30 ans de prison.