"Guilty Party" : que vaut cette dramédie de la créatrice de "Dead to me", avec Kate Beckinsale en journaliste désespérée?

Beth (Kate Beckinsale) pense pouvoir sauver sa vacillante carrière de journaliste en prenant la défense d'une femme incarcérée pour un meurtre dont elle se dit innocente.
Beth (Kate Beckinsale) pense pouvoir sauver sa vacillante carrière de journaliste en prenant la défense d'une femme incarcérée pour un meurtre dont elle se dit innocente. - D.R.

C'est une série assez différente et plutôt sympa qu'a lancée le service de streaming américain Paramount + ce jeudi 14 octobre. Elle a pour titre "Guilty Party" et est signée de la Canadienne Rebecca Addelman, qui était la scénariste principale de "Girl et a créé le formidable "Dead to me", dont on attend impatiemment une troisième saison. Quant à sa star, il s'agit ni plus ni moins de Kate Beckinsale, qui s'en sort avec les honneurs dans cette dramédie dont nous avons vu les deux premiers épisodes (elle en compte dix pour l'instant).

Elle incarne la journaliste Beth Burgess, dont l'étoile a considérablement pâli depuis qu'elle a été virée de "The Chronicle" pour avoir supposément dénaturé les propos de quelqu'un dans un article. Réengagée dans une autre publication, elle peine à rester dans le coup et à séduire la rédactrice en chef. Mais un jour, elle reçoit une lettre d'une certaine Toni Plimpton (Jules Latimer), une jeune mère qui purge la perpétuité pour avoir tué son mari Wallace. Un crime qu'elle jure ne pas avoir commis. Mais elle reconnaît qu'elle lui a coupé le pénis. Elle dirige d'abord Beth vers Wyatt, le frère de son défunt époux, qu'elle désigne comme le vrai coupable.

Beth comprend que le sort de Toni est une extraordinaire histoire à traiter et pourrait redorer son image. Elle lui rend plusieurs visites en prison, mais elle est rapidement doublée par sa rivale, la star des news télé Fiona Flores (Tiya Sircar), qui a plus de crédit qu'elle aux yeux de Toni, qui tient à s'attirer la compassion de l'Amérique...

Sans en attendre quoi que ce soit, nous avons été séduit par la mise en place de cette nouveauté, qui devait être portée, au départ, par Isla Fisher. On le répète : en journaliste désespérée mais toujours impeccablement lookée, elle prouve qu'elle a aussi le don de la comédie. Mais cela étant, elle peut s'appuyer sur des dialogues plutôt bien ciselés. On ne va pas lâcher la suite des aventures de son personnage, qui est par ailleurs dans un mariage réussi avec Marco, incarné par Geoff Stults, qui fut révélé par le rôle de Kevin dans "7 à la Maison". Une sitcom qui ne ressemble en rien à "Guilty Party" (et vice versa), dont chaque épisode dure entre trente et trente-deux minutes. Nous y reviendrons plus largement à son arrivée en Belgique, puisque nous avons notamment recueilli les propos de Kate Beckinsale à son sujet.

Notre sélection vidéo