Après la polémique, bientôt la fin des « Golden Globes » ? Pas si vite…

Après la polémique, bientôt la fin des « Golden Globes » ? Pas si vite…
Isopix

C’est une tradition depuis 1944 : chaque début d’année, sont décernés les « Golden Globes », ces trophées qui récompensent le meilleur de la télévision et du cinéma. Créée par la HFPA, la Hollywood Foreign Press Association (ou l’Association hollywoodienne de la presse étrangère), la cérémonie est donc présente depuis 77 ans aux Etats-Unis. Mais depuis quelque temps, elle est vivement critiquée pour son manque de diversité. En 2021, par exemple, il lui avait été reproché d’avoir relégué le film américain « Minari », mettant en scène des acteurs sud-coréens, dans la catégorie « meilleur film en langue étrangère », alors que les Oscars l’avaient sélectionné dans de nombreuses catégories phares. Le même sort avait été réservé au long-métrage sud-coréen « Parasite », qui aux Oscars avait été nommé à de multiples reprises et avait même remporté le sacro-saint prix du « meilleur film ».

De plus, l’organisation des « Golden Globes », composée d’environ 90 journalistes, est accusée depuis plusieurs années de discrimination, de sexisme et de corruption. Ces accusations ont pris une certaine ampleur après un article du Los Angeles Times, révélant entre autre que certains membres de l’association acceptaient des cadeaux de la part des producteurs et studios en échange de leur soutien. Il avait également été dévoilé qu’aucune personne noire ne composait la HFPA.

Face à ces polémiques, l’organisation a promis d’adopter une série de réformes. Elle compte notamment améliorer la diversité dans ses nominations, assurant que « la langue ne sera plus une barrière pour être reconnu comme meilleur », pour reprendre les mots du président Ali Sar, dictés dans un communiqué de l’AFP. L’association souhaite aussi améliorer sa représentativité et son fonctionnement, mais ces promesses ont été jugées bien trop lentes et vagues par des acteurs comme Tom Cruise ou Scarlett Johansson. Deux membres de la HFPA auraient alors démissionné du groupe qu’ils ont qualifié de « toxique ». Et de grandes firmes comme Warner Bros ou Netflix ont annoncé boycotter la cérémonie en attendant que des changements significatifs aient lieu.

La chaîne NBC fait l’impasse

Depuis, 21 nouveaux membres, dont dix femmes et six personnes noires, ont été admis dans le collectif, d’après la HFPA. Mais cela ne semble pas suffisant pour la chaîne américaine NBC, qui diffuse généralement la cérémonie. En 2022, le canal boycottera le programme. La Hollywood Foreign Press Association compte tout de même récompenser les artistes et fictions ciné et télé l’année prochaine, mais pour l’heure, l’événement n’a pas encore trouvé de lieu. Les nominations seront annoncées le 13 décembre et les gagnants, le 9 janvier. De quelle manière ? On l’ignore encore.

On notera que le 9 janvier, seront également remis les Critics Choice Awards, de la Critics Association, qui se pose désormais en grande rivale de la HFPA. Cette cérémonie sera, quant à elle, bel et bien télévisée et diffusée par la chaîne américaine The CW.

Notre sélection vidéo