« Une catastrophe » : Nagui revient sur le gros flop de son télé-crochet « The Artist », évoque des pertes financières, mais n’exclut pas une saison 2

Nagui, les gagnants du groupe Rouquine, et la journaliste Leïla Kaddour
Nagui, les gagnants du groupe Rouquine, et la journaliste Leïla Kaddour - Christophe Lartige - FTV

« The Artist », c’est fini… et c’est peut-être mieux comme ça, pour France 2. Au lancement de ce télé-crochet d’un nouveau genre, qui visait à découvrir de nouveaux auteurs-compositeurs, la chaîne y croyait dur comme fer, au point de programmer l’émission un samedi soir en prime time, face au poids lourd de TF1, « The Voice : All Stars ».

Le lancement du 11 septembre s’était soldé par un échec cuisant : 1,32 million de téléspectateurs devant le poste, soit 8% du public à peine. Les semaines suivantes, il n’en restait plus que 990 000 (5,6% de parts de marché) et 847 000 (4,8%). En raison de ces faibles audiences, « The Artist » avait été déplacé le vendredi en deuxième partie de soirée, vers 22h40. Le numéro du 1er octobre avait rassemblé 530 000 personnes et celui du 8, 657 000…

On ne s’attendait donc pas à une amélioration pour la grande finale, qui a eu lieu ce vendredi 15 et qui a sacré le groupe Rouquine grand gagnant du concours. Mais cette victoire et la présence d’Olivia Ruiz, Pascal Obispo et Christophe Mali du groupe Tryo dans le jury n’ont pas suffi à faire décoller les audiences. Le show s’est clôturé avec 541 000 fidèles seulement. Un chiffre très bas pour une chaîne d’envergure comme France 2.

Des pertes financières

Dans une interview pour France Info, l’animateur du télé-crochet, Nagui, est revenu sur ce bide, sans aucune langue de bois : « Se retrouver à moins d’un million, ce qui est une catastrophe quand on est en prime, on ne va pas se sentir (…) c’est évidemment une claque. » Le présentateur avoue également avoir perdu « beaucoup d’argent » suite à cet échec industriel. « Mais c’est le rôle d’un producteur, c’est de prendre des risques », précise-t-il.

Dans un autre entretien pour TVMag, il ajoute : « On a été présomptueux de ce que le public avait envie de voir le samedi soir en prime time. » Le producteur pensait « qu’il y avait de la place pour la création et que le public avait besoin de nouveauté ». Il s’est, au final, rendu compte que le téléspectateur avait plutôt « besoin d’être réconforté par des repères ».

Une saison 2 ?

Avec une très faible moyenne de 800 000 téléspectateurs, on aurait du mal à imaginer une suite à cette émission. Et pourtant, Nagui n’exclut pas de la faire revenir à l’écran. Il en « rêve » même… mais sous une autre formule, « peut-être pas en direct », comme il l’a indiqué au micro de France Info. Reste à voir si France 2 osera prendre ce risque.

Notre sélection vidéo